Opinion: il faut une nouvelle classe politique en RDC

Opinion: il faut une nouvelle classe politique en RDC

Par Jean-Claude Makenga Bof.

Depuis l’avènement de son indépendance en 1960, l’actuelle République Démocratique du Congo (RDC), ancien Congo-Belge devenu Zaïre, souffre de sa classe politique. Les politiciens congolais sont les premiers coupables du marasme dans lequel ils ont enfoncé le pays, avec la contribution manifeste de l’Occident. Par ailleurs, la culture historique des politiciens congolais caractérisée par l’enrichissement personnel, le détournement et la corruption témoigne d’une irresponsabilité et d’un manque criant de patriotisme en plein 21ème siècle.

En effet, le régime politique d’après l’indépendance en 1960 a conduit le pays dans un certain chaos. Le manque de maturité et de culture politique ont mis l’Etat dns les mains d’une dictature féroce. Le népotisme, le culte de la personnalité, la zaïrianisation, la mauvaise gouvernance, les guerres tribales et sécessions ont été, entre autres, la cause du déclin de l’Etat et prouvent, d’une certaine manière, que la classe politique congolaise n’est parvenue à créer ni un Etat fort ni le développement de celui-ci jusqu’en 1990.

L’instauration de la « démocratie » le 24 avril 1990 voit apparaître au sein de la classe politique congolaise des caractéristiques telles qu’un niveau de populisme élevé, d’immaturité et d’inconscience politique voire du manque de protection de l’intérêt général lesquels n’ont malheureusement pas permis le pays de prendre un nouvel envol d’un véritable « Etat de droit ».

De 1997 à 2001, la classe politique congolaise avait, toutefois, amené beaucoup d’espoir au sein de la population jusqu’à un nouveau chaos causé d’une part par un manque de consensus pour ce qui concerne la gestion de la chose publique par les politiciens congolais eux-mêmes et d’autre part, par cette main invisible extérieure qui s’est ingérée dans les affaires intérieures de la RDC.

De 2001 jusqu’à ce jour, c’est l’effondrement de tout un Etat ! La classe politique congolaise offre au monde entier un spectacle désolant caractérisé non seulement par le népotisme, les détournements, la corruption, le culte de la personnalité mais également par les assassinats, les empoisonnements, l’impunité, la loi du plus fort – en d’autres termes le manque de vision et de culture politique. Il est évident que tous ces maux gangrènent la RDC et en constituent un système ancré dans les mentalités des politiciens congolais.

Ce n’est pas sans parler du manque d’éthique et d’idéologie dans l’exercice de la politique en RDC et de l’opportunisme criant des politiciens congolais toujours à la quête d’un standing social et n’ayant, sans fausse modestie, aucune vision pour le développement intégral et durable de l’Etat. Aujourd’hui, la sphère politique congolaise est un théâtre, dont les comédiens sont les politiciens.

L’échec actuel de la classe politique congolaise n’incombe pas seulement aux politiciens congolais et encore moins à la communauté internationale mais aussi au peuple congolais dans son ensemble. En réalité, ce dernier est également responsable de son propre destin. En effet, il faut noter qu’une bonne gouvernance nécessite des institutions efficaces et responsables, le respect d’un processus électoral fiable et démocratique d’où elle tire sa légitimité et le respect du peuple à l’égard de qui le gouvernement aurait des comptes à rendre. Le discernement, la transparence, la responsabilité, la légitimité, la crédibilité, la prévisibilité et la fiabilité, combinées à la confiance et à la stabilité de la société, sont d’autres aspects marquants d’une bonne gouvernance.

Vu toutes les raisons mentionnées ci-avant, force est de constater que la classe politique postindépendance jusqu’à la génération actuelle a totalement échoué. Elle n’a légué aux générations futures qu’un Etat en faillite en raison d’une mauvaise et/ou une gestion irresponsable de la chose publique principalement caractérisée par le manque manifeste de patriotisme. Dès lors, il nous faut sensibiliser la jeunesse congolaise dans son ensemble à la véritable politique afin de donner naissance à une nouvelle génération de la classe politique composée de personnes ayant un véritable amour pour la patrie congolaise et la servant avec dévouement et efficacité. Nous sommes convaincus que cela est possible car notre avenir et celui de nos enfants en dépend.

Il est temps que la classe politique actuelle laisse sa place à la génération naissante qui incarne beaucoup d’espoir pour le développement et la constitution d’un Etat de droit.

Nous attirons l’attention de toute la jeunesse congolaise, de ne point s’attacher aux personnes de la sphère publique actuelle mais plutôt de rechercher des valeurs sur base desquelles la RDC deviendrait un Etat fort, un Etat de droit où règnent la bonne gouvernance, la démocratie etc. Seule une nouvelle classe politique congolaise peut faire la différence dans l’état actuel de la situation de la RDC et amener une solution durable à tous les maux ci-dessus évoqués.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos