Alain Mabanckou et Abdourahman Waberi définissent l’abécédaire enjoué des cultures africaines

Alain Mabanckou et Abdourahman Waberi définissent l’abécédaire enjoué des cultures africaines

A l’heure où les regards se tournent vers l’Afrique, il est plus impérieux que jamais de rappeler de qui et de quoi ce continent est le nom, le lieu de naissance. De ne pas le réduire aux difficultés qu’il affronte comme d’autres avant lui (Asie, Europe) et face auxquelles il pourrait trouver des solutions originales, fruits de sa propre histoire, de son « énergie magnétique », comme l’avenir nous le dira….

Un ouvrage est paru chez Fayard qui contribue à cette meilleure (re)connaissance des forces et faiblesses de l’Afrique. Un livre-monde à la fois érudit et ludique, tenant du guide et du vade-mecum. Un ouvrage écrit avec l’enthousiasme et la joyeuse érudition du globe-trotter, celui qui, à force de l’arpenter en tous sens, en a épousé le terrain, fait de rencontres et d’expériences, de découvertes et d’échanges.

Le Dictionnaire enjoué des cultures africaines puise dans la richesse du quotidien (boissons, mets, traditions, etc.) autant que dans les faits historiques et les personnages emblématiques pour mieux raconter les Afriques, à grands renforts de rappels historiques et géographiques. Extraits de discours et pensées fondatrices éclairent le quotidien du milliard d’habitants (1,2 milliard plus exactement) qui peuplent le deuxième plus grand continent mondial par sa superficie.

De cette compilation des peuples et des récits est né un dictionnaire à 110 entrées comme autant de portes ouvertes sur de multiples reconnaissances ou découvertes, démenti cinglant à ces quelques ignorants qui croient savoir (!) que « l’Afrique n’est pas encore suffisamment rentrée dans l’Histoire »

De Mohamed Ali au héros de BD, Zembla

Au fil des pages et des mises en commun, des artistes, recueils, musiques et œuvres sont mises en lumière à travers des villes ou des personnalités emblématiques qui ont marqué l’histoire du continent. Chaque chapitre donne accès à de nouvelles ramifications tissant la toile d’une Afrique multidimensionnelle et résolument féconde à « l’heure de sa spectaculaire planétarisation ».

De l’historien Cheikh Anta Diop à l’écrivain, poète et homme politique Aimé Césaire, de l’économiste et penseur Samir Amin au sculpteur Ousmane Sow, du Ghanéen Kofi Annan, prix Nobel de la Paix, au cinéaste et « insurgé » éthiopien Haile Gerima. Du géant Mohamed Ali au héros de bande dessinée Zembla. On y cause aussi bien Histoire que cinéma, musique ou géopolitique, gastronomie et littérature, économie et démocratie. Un savant mélange qui séduit et surprend, rendant la balade aussi enrichissante que divertissante.

Cela tient au ton utilisé, jamais pesant souvent enthousiaste et admiratif, et aux savoirs reconnectés entre eux pour une meilleure appréhension de la diversité et du cheminement du continent. Ce choix reflète la personnalité de ces auteurs, Alain Mabanckou et Abdourahman Waberi, deux auteurs de renom liés par une longue amitié dont on connaît le goût pour la langue et les récits imagés.

Ce manuel du gai savoir tient donc plus du recueil de nouvelles que de l’austère dictionnaire. Les mots qui ornent ses différentes entrées sont autant d’incitations à la déambulation. Comme l’on suivrait un guide passionnant et facétieux dans les dédales de rues d’une ville nouvelle ou de quartiers à la mode: Addis-Abeba, Arlit, Bahia, Haïti ou Little Ethiopia…

Un ouvrage aux accents de manifeste

Ouvrage aux accents de manifeste, le Dictionnaire enjoué n’oublie pas les héros ordinaires et les moments de lutte, les héros fondateurs et les moments-charnières pas plus que le travail d’une nouvelle génération d’activistes et blogueurs (Balai citoyen, Y’en a marre, etc) influencés par les écrits de Frantz Fanon et Manthia Diawara autant que par le combat de Thomas Sankara. Soit, tous ceux qui tentent d’inscrire le continent dans la voie du droit et que la fameuse «Lettre à la jeunesse» du Malien Amadou Hampâté Bâ touche(ra) certainement droit au cœur.

Véritable malle aux trésors, l’ouvrage pointe quelques écrivains fameux, des destins hors du commun et de nombreuses lectures qui charrient la sève du continent. Un livre qui ouvre sur des dizaines d’autres recueils et donne envie de les dévorer, est assurément le meilleur des compagnons. Surtout en ces temps de confinement où notre quotidien a tendance à rétrécir. On espère seulement qu’une place plus grande encore sera donnée aux créateurs en tous genres (auteurs, peintres, metteurs en scène, photographes,…) dans un prochain volume. Afin de prolonger comme il se doit ce « chant d’amour aux cultures » du continent noir.

Karin Tshidimba

Dictionnaire enjoué des cultures africaines, Alain Mabanckou et Abdourahman Waberi, Ed. Fayard, 338 pp., env. 20 €

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos