L’ONU doit prolonger l’embargo sur les armes au Soudan du Sud

L’ONU doit prolonger l’embargo sur les armes au Soudan du Sud

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit prolonger l’embargo sur les armes au Soudan du Sud et renforcer son application, affirme jeudi Amnesty International. L’ONG dit avoir de nouvelles preuves que plusieurs unités des forces de sécurité ne le respectent pas et recèlent des armes. Le Conseil de sécurité doit se prononcer sur la prolongation de l’embargo en mai, celui-ci arrivant à échéance le 31. L’équipe d’enquête d’Amnesty International a accédé en début d’année à 12 sites militaires d’entrainement et de cantonnement de diverses forces armées situés aux quatre coins du pays.

L’organisation y « a découvert des éléments prouvant l’importation récente d’armes légères et de munitions, le recel d’armes et le détournement de véhicules blindés à des fins militaires non approuvées dans le cadre des licences de transfert d’armes ».

« L’État et les anciennes forces de l’opposition, qui rendent compte de l’application des arrangements en matière de sécurité, trompent délibérément les observateurs soutenus par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), d’où la nécessité de lancer de toute urgence une vérification indépendante et méticuleuse », estime Amnesty International.

« L’embargo de l’ONU sur les armes n’est pas la panacée mais il est quasiment certain que la situation serait encore pire sans cette mesure », juge Deprose Muchena, directeur du programme Afrique de l’Est et Afrique australe à Amnesty International.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos