RDC: le président Tshisekedi remanie la direction de la Garde républicaine

RDC: le président Tshisekedi remanie la direction de la Garde républicaine

Le président congolais Félix Antoine Tshisekedi a nommé de nouveaux chefs à la tête de la Garde républicaine (GR), l’unité de protection du chef de l’Etat en République démocratique du Congo, dont le nouveau « patron » vient d’entrer en fonction, rapporte mardi la presse locale. Le nouveau commandant de cette unité d’élite d’environ 12.000 hommes – soit la taille d’une division -, est le général-major Christian Tshiwewe Songesha, en vertu d’une ordonnance signée la semaine dernière par M. Tshisekedi après concertation avec son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange.

Le général Tshiwewe a pris ses fonctions lundi au quartier général de son unité, situé au camp Tshatshi à Kinshasa, la capitale congolaise, selon le site d’information Actualité.cd.

Cet officier est issu de la Garde républicaine, au sein de laquelle il était jusqu’ici chargé des opérations et du renseignement. Il remplace le général Gaston Hugues Ilunga Kampete, qui commandait la GR depuis 2014 et sous le coup de sanctions européennes depuis 2017 pour, selon l’UE, son implication dans de « graves violations des droits de l’homme » en RDC – la répression des manifestations de l’opposition et de la société civile en janvier 2015 contre le maintien au pouvoir de M. Kabila.

Selon les ordonnances présidentielles, le général Tshiwewe sera secondé par le général Jules Banza Mwilambwe, alors que le général de brigade Ephraim Kabi Kiriza devient le chef d’état-major de la GR et le général de brigade Jérôme Chico Tshitambwe prend la responsabilité des opérations et du renseignement.

Les effectifs de la GR sont estimés à 12.000 hommes sur des effectifs de l’armée estimés à quelque 100.000 hommes. Cette unité d’élite chargée de protéger le chef de l’Etat, ses biens et des hôtes de marque.

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, M. Tshisekedi a entamé une lente réorganisation des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), encore largement contrôlées par des proches de l’ancien président Kabila. Il a ainsi suspendu le chef des renseignements militaires, le général Delphin Kahimbi – entre-temps retrouvé mort par « pendaison » à son domicile de Kinshasa le 28 février – et fait convoqué les généraux Fall Sikabwe et Muhindo Akili, alias Mundos, par une commission de discipline.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos