Burundi: des meetings géants sans crainte du coronavirus pour le début de la campagne

Burundi: des meetings géants sans crainte du coronavirus pour le début de la campagne

La campagne pour les élections présidentielle, législatives, et municipales du 20 mai au Burundi a débuté lundi avec des rassemblements géants, qui ont permis de mesurer à quel point les autorités faisaient fi de l’épidémie de nouveau coronavirus. Le parti au pouvoir du président Pierre Nkurunziza, le CNDD-FDD, a lancé en grande pompe sa campagne à Bugendana, dans la province de Gitega (centre), où il a réuni des milliers de personnes.

En présence de plusieurs diplomates et personnalités abrités sous des tribunes, M. Nkurunziza, qui ne se représente pas après 15 ans au pouvoir, a vanté aux militants les mérites de son « héritier », le général Evariste Ndayishimiye, qu’il a dit soutenir « à 100% ».

« Je suis venu le présenter aux Burundais, écoutez-le, votez pour lui, il ne vous fera pas honte », a-t-il déclaré, au sujet de ce proche qu’il a connu en 1995 dans le maquis, du temps de la guerre civile (1993-2006).

« Nous avons combattu ensemble, nous avons souffert ensemble, nous avons échappé à la mort ensemble (…) Nous sommes les mêmes, notre destin est lié à la vie à la mort », a martelé M. Nkurunziza.

« Je ne viens pas tout commencer à zéro car on a mis en place les fondations pendant ces 15 années passées », lui a répondu le général Ndayishimiye, en promettant de « passer à une nouvelle étape » et développer le Burundi, l’un des pays les plus pauvres du monde.

Aucun des deux hommes n’a fait allusion à l’épidémie de coronavirus, M. Nkurunziza remerciant seulement Dieu pour la « joie » qui prévaut au Burundi, « alors que partout ailleurs dans le monde c’est totalement différent ».

La campagne s’est ouverte alors que l’opposition accuse le gouvernement de minimiser volontairement l’épidémie de Covid-19, pour éviter que la population ne s’interroge sur l’opportunité de maintenir les élections.

La maladie n’a en tout cas pas dissuadé les gens de se déplacer. Le principal adversaire de M. Ndayishimiye, le leader historique de l’ex-rébellion hutu des FNL et candidat du Conseil national pour la liberté (CNL), Agathon Rwasa, a rassemblé une foule impressionnante à Ngozi (nord), fief du président Nkurunziza.

Le pays est plongé dans un cycle de violences et de violations massives des droits humains qui ont fait 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes, depuis la candidature en avril 2015 du président Nkurunziza à un troisième mandat et sa réélection en juillet de la même année.

La campagne durera jusqu’au 17 mai, selon un décret présidentiel.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos