RDC : Kamerhe, qui nie tout en bloc, reste en prison, d’autres auditions en vue

RDC : Kamerhe, qui nie tout en bloc, reste en prison, d’autres auditions en vue

Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président de la République démocratique du Congo, restera au moins 15 jours de plus derrière les barreaux. Un dossier de 10 millions de dollars pour l’achat de médicaments a fait son apparition.

La demande de mise en liberté provisoire de Vital Kamerhe a été rejetée ce samedi après-midi par le tribunal de paix de Kinshasa-Matete.

Le directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi, par ailleurs président du parti UNC, une des deux composantes de la plateforme politique  Cach qu’il a cofondé avec l’UDPS de Félix Tshisekedi,  est accusé de détournements de fonds et de faute de gestion dans le cadre du programme des travaux des 100 jours de la présidence.

RDC : Kamerhe, parcours d’un courtisan trop ambitieux

Pour le procureur, la remise en liberté de Vital Kamerhe « serait de nature à entraver » le déroulement de l’instruction. Le parquet indique qu’il souhaite poursuivre les auditions avant de confronter Vital Kamerhe aux dirigeants des entreprises cités dans le dossier.

Selon l’ordonnance du parquet (à lire en bas de cet article), Vital Kamerhe aurait notamment octroyé un marché pour la construction de maisons préfabriquées à la société Samibo Congo Sarl, une société présentée comme « fictive ». Cette société avait obtenu ce marché d’un montant de 57 millions de dollars dont 47 millions avaient été débloqués en liquide et n’ont jamais servi à l’achat de maisons.

D’autres auditions devraient aussi avoir lieu dans le cadre de l’instruction du dossier et d’autres personnalités en vue pourraient être appelés en audition durant ce laps de temps.

10 millions dans une quincaillerie

L’ordonnance du parquet permet aussi de découvrir un autre dossier mis à charge de Vital Kamerhe, l’achat de produits pharmaceutiques pour dix millions de dollars.

Le marché avait été octroyé à TRADE PLUS, une entreprise qui avait reçu ces 10 millions de dollars pour la fourniture des médicaments et qui est présentée dans l’ordonnance comme une simple quincaillerie sans lien avec le monde pharmaceutique.

Kamerhe nie tout

Face à ces accusations, aux dossiers qui s’accumulent et aux sommes pharaoniques qui jouent les filles de l’air, Vital Kamerhe, qui bénéficie de la présomption d’innocence, nie tout en bloc et impute la responsabilité de ces éventuels détournements au gouvernement Tshibala, voire au ministre de la Santé dans le dossier des médicaments.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos