Référendum en Guinée: l’opposition rejette le résultat et réclame une enquête de l’ONU

Référendum en Guinée: l’opposition rejette le résultat et réclame une enquête de l’ONU

L’opposition guinéenne a rejeté samedi la victoire massive du « oui » au référendum constitutionnel proclamée par la commission électorale et réclamé une enquête sous l’égide des Nations unies sur les violences qui ont fait selon elle des dizaines de morts en marge du scrutin. La nouvelle Constitution proposée lors du référendum du 22 mars par le président Alpha Condé a recueilli 91,59% de « oui », pour un taux de participation estimé à 61%, a affirmé vendredi la Céni, la commission électorale, alors que l’opposition avait appelé au boycott du scrutin.

« Ces résultats ne concernent pas le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), ni le peuple de Guinée », a déclaré à l’AFP l’un des responsables de ce collectif qui mène la contestation depuis des mois, Ibrahima Diallo.

« Evitez-nous les scores à la soviétique d’un autre temps », a ironisé sur Twitter un des leaders de l’opposition politique, l’ex-Premier ministre Sidya Touré.

Samedi, après l’annonce de ce résultat, des manifestants en colère ont brûlé des pneus et dressé des barricades dans le centre de Labé, principale ville de Moyenne Guinée (nord), selon des témoins interrogés par l’AFP.

Le projet prêté au président Condé de briguer, à 82 ans, un troisième mandat fin 2020 et la nouvelle Constitution qui doit l’y aider, selon l’opposition, sont au coeur d’une crise politique qui a fait des dizaines de morts depuis mi-octobre.

Le référendum constitutionnel a été entaché de violences qui ont fait des dizaines de morts le jour de sa tenue dimanche dernier et les jours suivants à Conakry et en province, selon l’opposition.

N’Zérékoré (sud), l’une des plus grandes villes du pays, a en particulier été le théâtre d’affrontements intercommunautaires meurtriers, d’attaques d’églises chrétiennes et de mosquées et de saccages.

Le FNDC s’est dit samedi « horrifié par l’ampleur des tueries ». Dans un communiqué, il évoque un « bilan provisoire de 66 personnes tuées à N’Zérékoré » et « exige la mise en place d’une commission d’enquête internationale, sous l’égide des Nations Unies ».

Le gouverneur de la région de N’Zérékoré, Mohamed Ismaël Traoré, a affirmé samedi à l’AFP que ces violences ont fait « dix morts et de nombreux blessés ». Des sources médicales, de la société civile ou proche des autorités locales avaient auparavant fait état de bilans variant de 15 à 23 morts.

Les conditions dans lesquelles se sont déroulés le référendum et les législatives qui ont eu lieu simultanément ont été critiquées par les Etats-Unis, la France et la diplomatie européenne.

Pour Moscou, « le double scrutin s’est déroulé d’une manière organisée, bien que, malheureusement, des provocations aient causé nombre de pertes en vies humaines », indique un communiqué de l’ambassade de Russie à Conakry reçu samedi.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos