Le COVID-19 coûte déjà 83 milliards de dollars à l’Afrique

Le COVID-19 coûte déjà 83 milliards de dollars à l’Afrique

Lundi 23 mars, dans une déclaration sur les coûts humains et économiques de la pandémie de coronavirus, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a expliqué que 83 milliards de dollars ont déjà été retirés des marchés émergents par les investisseurs depuis le début de la crise. Une manque à gagner que la patronne du FMI à qualifié de  « la plus importante sortie de capitaux jamais enregistrée ».

Une situation qui illustre, selon Kristalina Georgieva, le fait que les économies les plus fortes sont évidemment les mieux placées pour répondre à la crise. Les marchés émergents et les pays à faibles revenus sont face à un mur quasiment infranchissable. « Ils sont gravement touchés par les flux de capitaux sortants et l’activité intérieure sera affectée par la riposte des pays à l’épidémie », a-t-elle insisté. Tout en se disant « particulièrement préoccupée par les pays à faibles revenus en situation de surendettement ».

S’exprimant à la suite d’une réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20, la directrice générale du FMI a déclaré que les perspectives de croissance de l’économie mondiale pour l’année 2020 étaient négatives. Prévoyant même « une récession au moins aussi grave que pendant la crise financière mondiale de 2008 ou pire ». Toutefois, refusant de ne voir que le côté négatif des choses, la DG du FMI a poursuivi en martelant qu’une reprise est attendue pour 2021.

Une aide rapide et massive

Vu l’urgence des besoins et la profondeur de la crise face au COVID-19, Mme Georgieva a fait savoir que près de 80 pays frappaient à la porte de son institution pour obtenir son aide et qu’elle travaillait déjà en symbiose avec d’autres institutions financières internationales « pour fournir une réponse coordonnée solide afin que nous puissions avoir plus d’impacts ensemble ». Le FMI disposerait d’une capacité de prêts estimée à 1.000 milliards de dollars. Elle a enfin soutenu qu’il est essentiel de renforcer les systèmes de santé partout avant de conclure : « L’impact économique est et sera grave, mais plus le virus s’arrête rapidement, plus la reprise sera rapide et forte ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos