RDC: en Ituri, une milice sectaire, la Codeco, viole et tue sans mobile apparent

RDC: en Ituri, une milice sectaire, la Codeco, viole et tue sans mobile apparent

Amputé de trois doigts à la main gauche, l’abbé Guy-Robert Mandro porte dans sa chair la marque du regain de violences en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), où des dizaines de civils ont été tués depuis début mars, et plus de 700 depuis fin 2017. C’était il y a une semaine, après la messe. « Un groupe de jeunes gens m’a approché. Ils m’ont administré des coups de machette au niveau de la tête. Je me suis protégé, c’est comme cela que j’ai perdu les trois doigts », raconte le curé de Fataki, une localité à 80 km au nord du chef-lieu de la province, Bunia.

Evacué en hélicoptère vers Bunia, opéré pendant des heures, l’homme d’église est en convalescence dans une chambre de la cure du diocèse, les deux mains bandées. Son entourage espère qu’il pourra bénéficier d’une prothèse pour continuer à célébrer la messe sans être gêné par sa main amputée.

Valérie (prénom changé pour raisons de sécurité), 44 ans, affirme s’être cachée sous la paroisse pendant l’attaque. En vain. « Trois parmi les agresseurs m’ont violée à tour de rôle », raconte-t-elle.

Réfugiée à Bunia, Valérie témoigne dans les locaux de la Sofepadi, une ONG qui « répare les femmes » victimes de violences sexuelles, sur le modèle de la clinique Panzi à Bukavu du gynécologue Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018, le bloc opératoire en moins.

Parmi les victimes, Tania, 34 ans, raconte qu’elle a accouché le 16 février, une semaine après sa propre fille aînée Sofia, lycéenne de 17 ans (prénoms changés).

La mère précise que les deux bébés sont nés d’un viol collectif par des assaillants près de Bunia. Son neveu, qui conduisait la moto, a été décapité, sous leurs yeux.

« Sofia voulait se suicider quand on l’a informée qu’elle était enceinte », raconte Tania.

L’adolescente a retrouvé la force de reprendre sa dernière année de lycée, et d’accoucher d’un petit garçon dont « elle s’occupe très bien », affirme sa mère, cinq enfants au total.

Elle a oublié le jour exact de l’attaque. C’était fin mai-début juin 2019, lors d’une nouvelles flambée des violences commencées en décembre 2017.

Ces exactions ont fait au total plus de 700 morts et des milliers de déplacés, d’après les Nations unies qui dénoncent un possible « crime contre l’humanité ».

Les violences sont attribuées à une milice, la Coopération pour le développement du Congo (Codeco).

« L’évêque a dit que c’est une secte religieuse », raconte un proche du curé amputé des trois doigts, l’abbé Eric.

« Ils ont un culte tous les lundis et les jeudis. Ils ne vont pas aux champs ces jours-là. Ils interdisent certains légumes et la viande de porc », énumère un responsable du territoire de Djugu, l’épicentre des violences.

Les miliciens agissent par petits groupes dans les territoires dominés par les Lendu, une des principales communautés de l’Ituri, des agriculteurs principalement.

Et la Codeco cible en grande majorité une communauté voisine, les Hema, éleveurs et commerçants.

Une guerre entre milices Lendu et Hema a fait des dizaines de milliers de morts entre 1999 et 2003.

Face aux nouvelles violences, les Hema n’ont pas reconstitué de milices, s’en remettant à l’autorité de l’Etat.

Ils attendent pour l’instant avec calme l’éventuel retour en Ituri de leur ex-chef de guerre Thomas Lubanga, libéré dimanche après avoir purgé une peine de 14 ans de prison prononcée par la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d’enfants lors du conflit des années 2000.

En juillet, le président congolais Félix Tshisekedi avait promis des opérations militaires pour éliminer la Codeco. Samedi, l’armée a encore affirmé avoir tué plusieurs miliciens.

Pas de quoi rassurer les déplacés qui continuent d’affluer vers Bunia. « Les miliciens se sont dispersés sur toute l’étendue du territoire. Il y a des exactions qui sont commises partout », analyse la source administrative à Djugu.

Force de dissuasion, un bataillon marocain de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) assure des patrouilles entre Bunia et Djugu, sur environ 70 km, en alternance avec les Casques bleus du Bangladesh.

Rien à signaler à l’aller, à part une noria de camions pétroliers en provenance de l’Ouganda et du Soudan du Sud qui partent ravitailler Bunia. Au retour, le commandant de la patrouille marocaine ordonne un détour du convoi, vers la région minière de l’usine d’or de Sokimo.

La Codeco a attaqué et tué deux civils à 25 km de là, lui indique la police congolaise. Que veulent-ils au juste? « On ne sait pas », soupire le policier.​

Que pensez-vous de cet article?