Confidences d’une villageoise

Confidences d’une villageoise

Lors de notre voyage au Rwanda, nous avons réalisé de nombreuses activités dont une que nous avons appréciée et qui nous tenait surtout très à cœur : la construction d’une maison. Celle-ci était destinée à une habitante d’un petit village du district d’Huye. Elle se nomme Olive et bénéficie de l’aide d’Aprojumap (association pour la promotion des jumelages et de l’amitié entre les peuples). Nous avons eu la chance de lui poser certaines questions :

  • Pourquoi Aprojumap a pris l’initiative de vous construire une maison ?

Car ma maison s’est effondrée et je vivais avec mes enfants dans la chèvrerie qui se trouvait en face de mon ancienne habitation.

  • Vous nous avez dit avoir 4 enfants, avez-vous aussi un enfant adoptif ?

Oui

  • Pourquoi avez-vous adopté cet enfant ?

C’est ma petite sœur, elle en cinquième année primaire. Je l’ai prise sous mon aile car ma mère a été emprisonnée. L’enfant ne pouvait pas rester seule à la maison. J’ai donc pris cette décision. Pour le moment, ma mère est libre mais elle n’a toujours pas les moyens de la récupérer. C’est préférable qu’elle reste avec moi.

  • Combien avez-vous de frères et de sœurs ?

J’ai 3 frères et 3 sœurs. Nous sommes donc 7 enfants dans ma famille.

  • Quelle est votre journée type ? 

L’avant-midi, je m’occupe des travaux champêtres. Je travaille dans mon champ. L’après-midi, je vais travailler dans le centre du village et j’apporte mon aide aux bénéficiaires. J’ai été formée à la couture et je possède une machine à coudre.

  • À quelle heure vous réveillez-vous le matin ?

Je me réveille à 6h du matin puis je vais aux champs. À 11h30, je rentre chez moi pour préparer le goûter des enfants qui sont allés à l’école. Vers 13h, je prends ma machine à coudre et je retourne travailler.

  • Est-ce que l’école est loin de votre maison ?

Non, ce n’est pas très loin. C’est à 1 km.

  • Vivez-vous avec votre mari ?

Mon mari est parti. Il m’a abandonnée il y a 10 ans.

  • Quand et comment êtes-vous rentrée dans le projet Aprojumap ?

C’est en 2013 que je suis rentrée dans cette association. Les organisateurs sont venus dans mon village et ont invité tous les citoyens. Ils ont sélectionné les plus pauvres. C’est grâce à cela que j’ai eu la chance d’être sélectionnée parmi les bénéficiaires en décembre 2013.

  • Avez-vous des chèvres ? 

Oui, j’en ai reçu grâce à Aprojumap.

  • Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions !

De rien, c’est avec grand plaisir !

Interview réalisée par Dubois Valentine et Van De Maele Célia (élèves de 6ème année au Collège Notre-Dame de Kain la Tombe).

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos