Nigeria: le Sénat approuve un emprunt massif de 22,7 milliards de dollars

Nigeria: le Sénat approuve un emprunt massif de 22,7 milliards de dollars

Le Sénat nigérian a donné son accord jeudi pour une demande très controversée d’emprunt de 22,7 milliards de dollars, soit les deux tiers de ses prévisions de budget pour 2020, assurant vouloir relancer des travaux d’infrastructures.

Le Nigeria est repassé première économie d’Afrique cette semaine, devant l’Afrique du Sud qui s’enfonce dans la récession, mais le géant de quelque 200 millions d’habitants souffre également d’un ralentissement de sa croissance dans un contexte économique global incertain.

Le président du Sénat Ahmad Lawan, proche du président Buhari et de son parti, le Congrès des Progressistes (APC) a assuré que « cet emprunt sera dépensé dans des projets qui auront un impact sur la vie quotidienne des Nigérians ».

« Nous devons nous assurer que chaque dollar, chaque centime sera bien alloué au projet qui lui est destiné », a-t-il déclaré à l’issue du vote à Abuja, pour tenter de rassurer face aux risques de détournements de fonds, dans un pays où la « corruption est un cancer », selon les termes du chef de l’Etat.

« Nous prions pour que cet argent puisse faire repartir la croissance économique », a conclue M. Lawan.

Cette demande faite par le gouvernement a suscité une grande controverse et des débats intenses au Sénat, où des groupes parlementaires ont demandé un plan précis sur l’utilisation de cette importante somme d’argent, qui représente plus de 65% des prévisions du budget de l’Etat pour l’année 2020 (33,8 milliards de dollars).

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique avec 2 millions de barils par jour, souffre de la chute du prix du baril à 47 dollars et de l’obligation de diminuer sa production à 1,5 million de baril décidée jeudi par l’OPEP.

La ministre des Finances, Zainab Ahmed, a déclaré mercredi que le gouvernement était « préoccupé par la baisse actuelle du prix du pétrole qui est désormais inférieur aux prévisions de notre budget (calculé sur une base de 57 USD le baril) ».

Elle a déclaré que le gouvernement procéderait à « un nouvel examen » dans les prochains mois et ajusterait le budget si les revenus continuaient à diminuer, dans un contexte d’incertitude des chiffres de la croissance mondiale due à l’épidémie de coronavirus.

Le Nigeria devrait souscrire ces emprunts à la Banque mondiale, la Banque islamique de développement, Eximbank en Chine, la Banque africaine de développement et des prêteurs en Allemagne et au Japon.

En février, un rapport du cabinet financier Moody’s, indiquait que « le Nigeria figurent parmi les pays dont la situation apparaît la plus préoccupante en termes de soutenabilité de la dette » dans la zone ouest-africaine.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.