Le puits de carbone des forêts tropicales s’affaiblit rapidement

Le puits de carbone des forêts tropicales s’affaiblit rapidement

La capacité des forêts tropicales à capturer du CO2 de l’atmosphère diminue, selon une étude menée pendant 30 ans sur 300.000 arbres par le Musée royal de l’Afrique centrale et l’Université de Leeds (G-B). Pire encore: d’après ces chercheurs, les forêts tropicales vont bientôt émettre davantage de CO2 qu’elles n’en capturent. Pendant 30 ans, les scientifiques ont mesuré croissance et mortalité d’arbres répartis sur 565 forêts tropicales intactes en Afrique et en Amazonie. Il en ressort que la séquestration de carbone a atteint un pic dans les années 1990.

Mais dans les années 2010, la capacité de ces forêts d’absorber du carbone avait déjà diminué d’un tiers. Un phénomène qui s’explique principalement par une mortalité des arbres plus élevée, et donc un rejet de carbone vers l’atmosphère plus important.

« En combinant des données d’Afrique et d’Amazonie, nous avons pu expliquer pourquoi ces forêts changent », explique le Dr Wannes Hubau, chercheur au Musée royal de l’Afrique centrale. « Les taux de CO2, la température, la sécheresse et la dynamique interne des forêts sont des facteurs importants. L’augmentation de la concentration en CO2 dans l’atmosphère a boosté la croissance des arbres, mais chaque année, ce phénomène est de plus en plus contrebalancé par les effets néfastes de l’augmentation des températures et des sécheresses, qui ralentissent la croissance des arbres et peuvent même les tuer ».

« En créant des modèles sur base de tous ces facteurs, nous avons montré que le puits de carbone des forêts africaines diminuera sur le long terme, tandis que celui des forêts amazoniennes diminue beaucoup plus rapidement », poursuit-il. « L’Amazonie deviendrait une source de carbone déjà dans les années 2030 ».

« Les menaces immédiates pour les forêts tropicales sont la déforestation, l’exploitation et les feux », pointe le prof. Simon Lewis de l’université de Leeds. « Ces menaces nécessitent des actions urgentes. »

Cette étude paraîtra jeudi dans la revue Nature.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos