Barrage sur le Nil: une délégation soudanaise à Washington pour les négociations

Barrage sur le Nil: une délégation soudanaise à Washington pour les négociations

Le Soudan a envoyé mardi une délégation à Washington pour assister à des négociations avec l’Egypte et l’Ethiopie sur le projet contesté de méga-barrage éthiopien sur le Nil, selon le ministre soudanais de l’Irrigation.

Situé sur le Nil bleu, le Grand barrage de la renaissance (GERD) doit devenir le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique mais la question de la redistribution des ressources du fleuve crée des tensions entre Addis Abeba, Khartoum et Le Caire.

Après neuf années de blocage dans les négociations, les Etats-Unis et la Banque mondiale parrainent depuis novembre 2019 des discussions visant à trouver un accord entre les trois pays.

Les 28 et 29 février doit se tenir une réunion tripartite pendant laquelle les trois pays se pencheront sur une proposition du Trésor américain visant à aplanir deux des principaux points de friction: le remplissage du réservoir et la mise en route du barrage.

Ce nouveau cycle de pourparlers vise à « régler des détails techniques simples mais importants », a précisé le ministre soudanais de l’Irrigation, Yasser Abbas, annonçant la visite à Washington de la délégation de son pays.

« 90% des problèmes abordés ont déjà été résolus », a-t-il assuré, disant avoir reçu une « proposition d’accord ».

Si l’Egypte –qui dépend très majoritairement du fleuve pour son approvisionnement en eau– marque son opposition de manière virulente à ce projet, le Soudan le voit d’un bon oeil.

Khartoum espère que le GERD lui fournira de l’électricité et contribuera à réguler les crues du fleuve.

L’Ethiopie, quant à elle, considère ce barrage indispensable à son développement économique.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.