RDC : Nouvelle évasion à Kinshasa

RDC : Nouvelle évasion à Kinshasa

Le parquet, le commissariat et la maison communale de Matete attaqués au petit matin, ce samedi 10 juin. Une dizaine de détenus dans la nature. Les adeptes de Ne Mwanda Nsemi accusés d’avoir perpétré cette attaque.

Une policière a été tuée samedi aux premières heures du matin dans l’attaque d’un parquet de la commune de Matete de l’Est de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.
« Le parquet a été attaqué cette nuit par des hommes armés non identifiés, une policière a été tuée et une autre grièvement blessée », a déclaré à l’AFP un magistrat du parquet de Matete, un quartier de l’est de Kinshasa.
Selon divers témoignages recueillis par LaLibre Afrique : « une dizaine de détenus ont été libérés sur le coup de 3h30 du matin ».  Tous décrivent un petit groupe d’individus arrivés en chantant. « J’ai été réveillé sur le coup de 3h30 par des chants suivis de coups de feu », explique un voisin du bureau de police de Mont Amba.
« Un policier décapité »  
Une jeep qui se trouvait devant le bâtiment a été incendié. J’ai entendu des coups de feu. On parle d’un policier mort à l’intérieur. L’attaque a provoqué une débandade, les détenus, une dizaine, se sont évadés. Des coups de feu ont repris et un assaillant a été abattu. »  , poursuit notre témoin
Dans la même commune de Matete, autre scène de désolation devant le parquet. Ici, une dizaine de véhicules incendiés.  « La police a résisté un peu jusqu’au moment ou un policier a tenté de fuir. Il a été rapidement rattrapé, puis lacéré et décapité », poursuit notre interlocuteur qui a recuilli les témoignages de deux sentinelels qui se trouvaient « à proximité ».
Le calme est revenu vers 4h40. Le bruit s’est rapidement répandu qu’il s’agissait d’une action des adeptes de Ne Mwanda Nsemi, le gourou d’une secte politico-religieuse qui s’est évadé de la prison de Makala, le 17 mai dernier, lors d’une attaque similaire  contre ce bâtiment vêtuste qui a vu plus de 4000 détenus s’évaporer dans la nature. Depuis cette date, seuls une bonne centaine de détenus ont été repris par les forces de l’ordre, ce qui laisse près de 4000 ex-prisonniers dans les rues de Kinshasa.
Insécurité
« Depuis cette évasion, dès que le soir tombe, l’insécurité règne en maître », explique un habitant de la commune voisine de Limete. « Les attaques, les agressions se multiplient. Sont-elles le fait des ex-détenus en cavale ou d’autres agresseurs, personne ne sait mais tout cela  participe de l’insécurité généralisée dans laquelle baigne Kinshasa depuis cette évasion massive. le climat est malsain. On a le sentiment que tout peut arriver, même une explosion de colère populaire qui pourrait vite dégénérer et tout emporter« .
Hausse des prix du carburant 
« La misère qui s’accentue chaque jour à Kinshasa est palpable. les gens ont faim », explique un entrepreneur de la capitale congolaise. « L’argent ne circule pas. Il n’y a pas de travail. C’est un cercle vicieux. Ajoutez-y l’inflation et vous avez dix millions de bombes humaines ici. Le dollar est à près de 1500 francs congolais. Le prix de l’essence vient d’augmenter. Il n’y a que des mauvaises nouvelles et rien à l’horizon ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos