L’Afropolitan Festival salue les héros d’hier et les héroïnes de demain

L’Afropolitan Festival salue les héros d’hier et les héroïnes de demain

Une centaine d’artistes et d’intellectuels d’une dizaine de pays (Belgique, Afrique du Sud, Allemagne, Bénin, France, Gabon, Grande-Bretagne, Pays-Bas, RDC, Sénégal, USA…) se donnent rendez-vous ce week-end à Bozar, pour célébrer les héroïnes et héros d’Afrique. Dont le fameux groupe congolais Zaiko Langa Langa

A l’image de Katherine Johnson, célèbre ingénieure, surnommée « l’ordinateur humain », disparue ce lundi à l’âge de 101 ans – qui fut longtemps une des héroïnes anonymes de la Nasa avant de se voir décerner une médaille d’honneur par le président Obama -, le festival Afropolitan va rendre hommage aux héros et héroïnes africains ou afrodescendants. Des femmes et des hommes qui, par leurs écrits, leurs paroles et leurs actes en ont inspiré des tas d’autres à travers le siècle et par-delà les continents. Qu’il s’agisse de Fela Kuti, pape de l’Afrobeat, de l’activiste et chanteuse Miriam Makeba ou de l’écrivaine Toni Morrison, leur héritage va entrer en résonance avec les créations d’autres artistes venus d’horizons et de disciplines multiples à travers trois jours de concerts, de rencontres et de débats.

Poètes, musiciens, danseurs, créateurs de mode, réalisateurs

Avec la fin du mois de février, la quatrième édition du festival Afropolitan revient réveiller la capitale à grand renfort de performances, ateliers, défilés de mode (New African Wave et le créateur tunisien Salah Barka), projections de films et activités pour les plus jeunes (contes, jeux, déguisements). A l’instar d’un menu de cuisines du monde, le programme d’Afropolitan 2020 s’annonce roboratif. D’autant plus qu’au-delà des prestations de chacun, ce sont les interactions entre tous qui donneront sa tonalité et sa forme définitive à l’événement. Une tempête de cerveaux s’apprête à souffler sur Bozar dès vendredi soir et chacun est invité à y prendre sa part.

Tout commence par l’hommage de Joel Zito Araujo à My friend Fela (vendredi 18h) suivi du BXLove fashion show, gratuit, à 19h30. Et d’une soirée en l’honneur des héros du continent : Rap party, animée dès 21h30 par Inua Ellams.

Parmi les nombreux temps forts du week-end, on peut pointer la présence de N’Goné Fall, commissaire générale de la Saison Africa2020, programmée en France et en outre-Mer du 1er juin à la mi-décembre, annoncée comme une « invitation à comprendre et à regarder le monde d’un point de vue africain » (samedi 18h). Elle sera précédée, dès 14h30, de rencontres avec ceux qui font bouger la scène de Paris et de Bruxelles : variations sur Les Indes Galantes par Bintou Dembélé, créée pour l’Opéra Bastille à Paris; rois et reines du hip-hop, de la danse, de l’humour ou du slam – Joy Slam, Prezy, etc – documentaires musicaux et pop-up stores : tous les sens seront en éveil et les goûts seront magnifiés. Une soirée dont le morceau de choix sera le concert de Zaiko Langa Langa, figure tutélaire de la place kinoise, qui fêtera ses 50 ans en grandes pompes sur scène à partir de 20h.

Dimanche place aux ateliers pour enfants (dès 14h) mais aussi à la danse (14h30 et 16h30) et aux Afropolitan festivals qui ont fleuri sous d’autres latitudes (14 et 15h) car le festival a été conçu en liens étroits avec d’autres événements partageant la même philosophie, le même état d’esprit afropolitain, d’Amsterdam (Africa in the picture) à Paris en passant par Accra, au Ghana.

Nouveauté cette année, le festival s’étend hors les murs : la fête se propagera au centre de Bruxelles et à Matonge, célèbre quartier africain d’Ixelles, via la maison Kuumba (rue de la Paix).

Un week-end de fête, de rencontres et de réflexion conclut en beauté par une rencontre littéraire, à 18h, et un documentaire qui salueront la plume alerte et précieuse de la regrettée Toni Morrison, auteure qui a transfiguré le roman américain en remettant l’Homme noir en son centre.

Le programme complet (dont la liste des événements gratuits) est à retrouver sur le site Bozar.be

Karin Tshidimba

Que pensez-vous de cet article?