RDC: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni

RDC: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni

Au moins dix personnes ont été massacrées lundi soir près de l’Ouganda dans l’est de la République démocratique du Congo, ont indiqué mardi à l’AFP des sources locales, ce qui porte à 393 le nombre de personnes tuées dans cette région de Beni depuis début novembre. Des centaines de civils fuyaient mardi matin à pied, en moto, en camion, les lieux de cette nouvelle tuerie attribuée par les autorités au groupe armé ADF (Forces démocratiques alliées), a constaté un correspondant de l’AFP qui s’est rendu sur place.

Le massacre a eu lieu au sud-est de la ville de Beni, où se trouvait encore mardi matin la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda Lioko, en visite dans la région.

« Huit civils, un agent des renseignements et un soldat » ont été tués dans l’attaque du village de Manzahalo, a indiqué un responsable local, John Kambale, à l’AFP. Dix maisons ont été incendiées.

Le bilan a été confirmé par un officier sous le couvert de l’anonymat.

Les ADF ont tué 393 personnes depuis début novembre, selon le décompte des enquêteurs du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais, qui intègre plusieurs organisations). Le KST dénombre onze morts dans la dernière tuerie.

Qualifiés de « terroristes » par les autorités, les ADF ont tué plus d’un millier de civils dans la région de Beni depuis 2014.

D’après les experts et les observateurs, les ADF se vengent sur les civils des opérations de l’armée congolaise lancées fin octobre.

« Malgré la prise du quartier général des ADF, et l’annonce de la mort de 5 des 6 chefs de ce groupe armé par l’armée congolaise, les massacres se poursuivent à un rythme effréné dans le territoire de Beni », observent les enquêteurs du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Travaillant avec de multiples sources dans la région, ils avancent que les pertes de l’armée sont très fortes: « Une source ayant requis l’anonymat estime que près de 300 soldats congolais seraient morts depuis le début de l’offensive contre les ADF en novembre ».

« On ne vous laissera pas, on ne vous abandonnera pas », a promis Mme Mabunda lundi à des déplacés qui ont fui les précédentes tueries des ADF.

« Notre pays est attaqué à partir de ce territoire. Le problème de Beni, c’est le problème de toute la Nation », a ajouté cette proche de l’ancien président Joseph Kabila dont elle a été conseillère chargée de la lutte contre les violences sexuelles.

A l’origine, les ADF sont des rebelles ougandais musulmans présents dans l’actuelle RDC depuis 1995. Opposés au régime du président Yoweri Museveni, ils n’ont plus lancé d’attaque contre Kampala depuis des années.

Les ADF « possèdent les caractéristiques à la fois d’un groupe armé et d’une organisation criminelle, et semblent suivre une idéologie islamiste extrême », selon un rapport remis en janvier au Conseil de sécurité des Nations unies.

Il n’y a pas assez d’éléments de renseignements pour prouver « des liens avec des groupes extrémistes islamiques internationaux », ajoute le rapport. ​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos