Guinée: nouveau report des législatives, dorénavant prévues le 1er mars

Guinée: nouveau report des législatives, dorénavant prévues le 1er mars

Les législatives du 16 février en Guinée ont été reportées au 1er mars, selon un décret du président Alpha Condé lu lundi soir à la télévision, dans un pays en proie à une agitation meurtrière contre l’intention prêtée au chef de l’Etat de briguer un troisième mandat en 2020. L’actuel Parlement est entré en fonctions en janvier 2014 pour cinq ans. Des élections devaient se tenir fin 2018 ou début 2019, mais n’ont pas eu lieu pour des raisons politiques et techniques, au milieu de querelles exacerbées entre la majorité et l’opposition.

La date du 28 décembre 2019 a ensuite été proposée, puis celle du 16 février 2020.

« Les élections législatives initialement prévues le 16 février 2020 sont reportées au 1er mars 2020 », a déclaré le présentateur du journal télévisé en lisant le décret signé du chef de l’Etat, qui ne donne pas les raisons de ce report.

L’opposition, qui voit en ces législatives une manoeuvre du président Condé pour renforcer son pouvoir, avait annoncé depuis des semaines qu’elle boycotterait le scrutin et en empêcherait sa tenue.

Ses principaux partis, réunis, avec des organisations de la société civile, au sein du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui mène depuis octobre la contestation, n’ont d’ailleurs pas déposé de listes de candidats avant la date limite.

Alors que la campagne a officiellement commencé le 14 janvier, les listes électorales n’ont été affichées que dans quelques rares préfectures, où elles ont souvent été arrachées, selon des témoins interrogés par l’AFP.

Par ailleurs, la date d’un référendum constitutionnel, préalable à la modification de la loi fondamentale qui pourrait permettre à Alpha Condé de se représenter n’a toujours pas été annoncée.

La Guinée, pays pauvre d’Afrique de l’Ouest malgré les richesses de son sous-sol, est depuis plus de trois mois livré à une agitation dans laquelle au moins 28 civils et un gendarme ont été tués.

Le mouvement, à plusieurs reprises sévèrement réprimé, a jeté une lumière crue sur le comportement des forces de sécurité guinéennes, dénoncé de longue date par les défenseurs des droits humains. Plusieurs vidéos accusatrices, montrant par exemple des policiers frappant des civils arrêtés ou un vieil homme, ont circulé sur internet.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos