RDC: un chef rebelle pygmée accusé de déforestation du parc de Kahuzi-Biega arrêté

RDC: un chef rebelle pygmée accusé de déforestation du parc de Kahuzi-Biega arrêté

Un chef rebelle pygmée accusé de déforestation du parc national de Kahuzi Biega (PNKB), l’un des joyaux naturels de la République démocratique du Congo, a été arrêté et présenté vendredi au public par les autorités militaires dans l’est du pays.

« Le chef pygmée Jean-Marie Kasula (40 ans) et sept de ses acolytes, dont deux femmes, ont été arrêtés dans le village de Muyange à la lisière du parc » dans la nuit du 24 au 25 janvier, a déclaré le colonel Michel Koth, chef des renseignements à la 33e région militaire (Sud-Kivu).

Le colonel Koth s’exprimait lors d’une cérémonie de présentation d’une dizaine de rebelles, issus de différents groupes armés, aux autorités politiques et à la presse à Bukavu, capitale provinciale.

Les autorités accusent le groupe armé Kasula de « faire peur aux touristes », de « détruire l’écosystème » du PNKB, un établissement de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).

Le groupe armé Kasula menait « des actions de carbonisation, sciage de bois, occupation des terres, exploitation des minerais, insécurisait les passants et les touristes », a ajouté De Dieu Bya’Ombe, directeur du PNKB.

Bya’Ombe a invité les touristes à « venir visiter les gorilles sans problèmes » dans le parc de Kahuzi-Biega.

Dans le Sud-Kivu comme dans l’ensemble de l’est de la RDC, les rebelles font la loi depuis 25 ans.

Depuis 2018, un conflit ouvert oppose les rangers (gardes du parc) aux leaders pygmées (des chefs autochtones) qui affirment avoir été spoliés de leurs terres ancestrales dans les années 70 lors de l’extension du parc.

En octobre, une équipe de l’AFP avait rencontré le chef rebelle pygmée Kasula dans son village de Muyange, à la lisière du PNKB.

« Voilà 48 ans que nous souffrons. Depuis l’année dernière, nous avons décidé de retourner de force sur nos terres. C’est notre Eden! », avait-il déclaré à l’AFP.

Ce retour a entraîné des accrochages avec les rangers, faisant des morts de part et d’autre, dans des circonstances confuses.

Le dernier incident a eu lieu mardi, deux civils ont été tués et un ranger blessé par les hommes de Kasula, a affirmé le colonel Koth.

Inscrit au patrimoine mondial des biens en péril par l’Unesco depuis 1997, le parc de Kahuzi-Biega abrite les derniers gorilles de Grauer, une espèce menacée, réduite à 250 individus.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos