Maroc: plan d’aide pour les petites entreprises et pour la jeunesse

Maroc: plan d’aide pour les petites entreprises et pour la jeunesse

Le Maroc a annoncé mercredi lancer un grand plan d’aide à la création de petites entreprises, encourageant les projets portés par les jeunes et avec des crédits à bas taux favorisant les zones rurales.

Destiné à créer des emplois en encourageant l’esprit d’entreprise, ce plan porté par l’Etat et par les banques prévoit de plafonner à 1,75% le taux d’intérêt des crédits pour les bénéficiaires en zone rurale et à 2% en zone urbaine, soit « le plus bas taux jamais appliqué au Maroc », selon un communiqué conjoint du ministère de l’Economie et la banque centrale, Bank Al-Maghrib.

Ce « programme intégré d’appui et de financement des entreprises » table sur la création annuelle de 27.000 emplois, en accompagnant chaque année 13.500 nouvelles entreprises.

Il s’appuie sur un fonds spécial doté de 8 milliards de dirhams (750 millions d’euros) sur trois ans, dont six milliards cofinancés par l’Etat et le secteur bancaire, et deux milliards provenant du fonds souverain Hassan II.

« Cet effort exceptionnel vise à réduire les disparités territoriales » en phase avec les « axes stratégiques » définis par le roi Mohamed VI, a précisé à l’AFP le ministre des Finances Mohamed Benchaaboun.

Le but est d’encourager l’entrepreneuriat en soutenant les toutes petites, petites et moyennes entreprises (TPME), les entreprises innovantes et les jeunes. L’objectif est également de favoriser l’intégration économique et professionnelle des travailleurs du secteur informel, selon la même source.

Lors de la rentrée parlementaire, le roi avait appelé les banques marocaines à « s’associer à l’effort de développement » du pays, en accompagnant les jeunes, très touchés par le chômage, ainsi que les petites et moyennes entreprises.

Il faut corriger la « perception négative » de ceux qui voient le secteur bancaire « comme un organisme ne recherchant qu’un profit immédiat et sans risque », avait-il dit.

Le souverain, âgé de 56 ans, a appelé ces dernières années à un nouveau modèle de développement pour son pays, marqué par de profondes inégalités sociales.

Le plan d’aide insiste sur la nécessité de proposer des circuits bancaires simples et accessibles, avec des délais brefs de réponse et des procédures d’accompagnement des projets.

Le taux plafonné à 1,75% réservé au monde rural malgré un « risque crédit plus élevé » vise à « favoriser l’émergence plus rapide d’une classe moyenne rurale », selon le communiqué officiel.

Des discussions sont en cours pour associer différentes institutions internationales, comme la Banque Mondiale, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) ou l’Agence française de développement (AFD) aux mécanismes de garantie, selon les informations obtenues par l’AFP auprès du ministère marocain de l’Economie.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos