L’épouse du Belgo-Marocain Belliraj dénonce un isolement abusif imposé par le Maroc

L’épouse du Belgo-Marocain Belliraj dénonce un isolement abusif imposé par le Maroc

Le Belgo-Marocain Abdelqader Belliraj serait détenu en régime d’isolement abusif depuis plus de trois ans, selon son épouse dont les dires sont relayés vendredi par Human Rights Watch. L’homme, cité en Belgique dans le dossier des « tueurs du Brabant », a été condamné à la perpétuité au Maroc en 2009, accusé de faire partie d’une organisation terroriste. Rachida Hatti, l’épouse d’Abdelqader Belliraj, vit en Belgique et est autorisée à parler à son mari au téléphone. Elle a déclaré auprès de l’ONG de défense des droits humains que le Belgo-Marocain, détenu à la prison Toulal 2 de Meknès, ne serait « autorisé à quitter sa cellule qu’une heure par jour depuis mai 2016 et que les autorités le privent de tout contact avec les autres prisonniers ».

Contactée par l’AFP, l’administration pénitentiaire marocaine (DGAPR) n’a pas donné suite.

Human Rights Watch dénonce ces conditions de détention qui, si elles se vérifient, contreviendraient aux normes des Nations Unies sur le traitement des prisonniers. L’ONG précise avoir envoyé une lettre, le 12 novembre dernier, à la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme. Cette dernière l’a transmise à l’administration marocaine des prisons, sans réponse pour l’instant.

HRW dénonce également de manière plus générale la condamnation de M. Belliraj, pointant que la peine de prison à perpétuité a été fondée sur ses aveux et ceux de ses coaccusés, qui auraient été obtenus sous la torture. Abdelqader Belliraj avait été arrêté en 2008 avec 34 autres hommes, accusés de composer une organisation terroriste.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos