Afrique de l’Ouest: 220 militaires français de plus pour Barkhane

Afrique de l’Ouest: 220 militaires français de plus pour Barkhane

Le sommet de Pau, qui a réuni lundi les chefs d’Etat du “G5” (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), à l’invitation du président Emmanuel Macron, ainsi que le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, le président de la Commission africaine, Moussa Faki, et celui du Conseil européen, Charles Michel, s’est achevé sur l’annonce de l’envoi de 220 militaires français de plus pour étoffer la force française Barkhane (4500 hommes).

Ce renfort de troupes représente “la pire” solution, estime, quant à lui, l’expert français Marc-Antoine Pérouse de Montclos.

https://afrique.lalibre.be/45478/afrique-de-louest-m-macron-veut-un-soutien-des-chefs-detat-du-sahel/

Selon la déclaration commune publiée à l’issue du sommet, l’action militaire sera dorénavant concentrée sur la zone “des trois frontières” (Mali, Niger, Burkina), où surviennent la majeure partie des attaques djihadistes. Elle sera mieux coordonnée entre Français et armées locales. Cette coordination s’effectuera “sous le commandement conjoint de la force Barkhane et de la force conjointe du G5 Sahel”, indique la déclaration commune, “en intégrant nos forces de renseignement, nos forces militaires”, a précisé M. Macron.

Les Français ont jusqu’ici été réticents à transmettre du renseignement à leurs partenaires du G5 – qui fonctionne très mal – par crainte de fuites vers les islamistes.

Réseaux sociaux français critiques

Le président français a obtenu par ailleurs une déclaration de ses partenaires exprimant le souhait de voir se poursuivre l’opération Barkhane. C’est le souhait qu’il avait exprimé fin 2019, devant la multiplication des déclarations anti-françaises au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Sur les réseaux sociaux français, la déclaration commune semble avoir suscité plus de critiques que de satisfaction, les internautes brodant sur le thème: puisqu’ils ne nous veulent plus en Afrique, rapatrions nos soldats « pour lutter contre les djihadistes que l’on fait revenir de Syrie » et cessons les dons à ces pays afin de mettre cet argent « au service des Français », notamment en les attribuant aux hôpitaux à refinancer.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos