Move with Africa: « Prise de conscience interculturelle »

Move with Africa: « Prise de conscience interculturelle »

Le projet, né l’année dernière, avait pris son essor dans la banalité quotidienne d’un cours donné à un petit groupe d’élèves animateurs socioculturels et sportifs et s’était révélé une expérience humaine unique…

Et par une chance incroyable, il est repris par les élèves de 6ème cette année.

Notre groupe : LE CECS LA GARENNE, 6TQANI.

un groupe dynamique

                       

Avant le week-end de formation :

Les différents mots que nous entendons avant de partir en week-end de formation sont :

  • La peur, l’inconnu, la différence, la prise de conscience, la découverte, le partage.

Des mots qui parfois n’ont aucun poids mais qui permettent de comprendre l’état d’esprit des jeunes, leurs craintes et leurs espoirs et de savoir vers quoi ils veulent réellement aller.

Une question que nous leur avons posée : «  Qu’attendez-vous de ce projet ? Qu’attendez-vous de ce week-end de formation ?  … »

Un élève a répondu : «  Ce que j’attends c’est aller à la découverte, perdre mes habitudes et vivre  une expérience hors du commun. »

Un autre élève a partagé : «  Moi j’ai des craintes, j’ai peur, mais je sais que ce séjour sera un échange incroyable et va me permettre de me détacher de ma famille. Nous sommes bien entourés avec notre ONG « Africapsud ».

Toutes des incertitudes et questions qui ont trouvé réponses pendant ce fabuleux week-end ou plusieurs écoles se rencontrent et échangent sur divers thèmes sélectionnés par les différentes ONG.

Ce week-end a permis aux jeunes, d’apprendre à connaitre d’autres jeunes qu’ils ne connaissaient pas avec des valeurs et des habitudes différentes. D’apprendre à diminuer les stéréotypes et les préjugés avec lesquels nous vivons sans même nous en rendre compte. Parfois, ils ont été poussés dans leur retranchement lors de discussions dans lesquelles certains propos allaient à l’encontre de leurs propres valeurs. Cela nous a donné l’occasion de gérer des débats enrichissants mais qui ont chamboulé l’état d’esprit des jeunes.

Ce qui était naturel et positif : l’ambiance était de mise et a amené tout un chacun à trouver sa place aux travers des diverses activités mises en place .

Nous sommes dans une réelle remise en question de chacun. L’importance de ce projet est la prise de conscience de tous.

L’avancement dans le projet : Notre premier jour de formation au sein de notre école

Nous avons été mis en action avec une activité plutôt déconcertante: «  Delta rencontre Karo »

Cette animation a permis de prendre conscience qu’il y a des différences au niveau des modes de vie et fonctionnements au sein d’une même culture et que parfois ces  différences sont radicales et  difficiles à comprendre.

Mais l’animation a réellement permis aux élèves de collaborer sur un même projet malgré les différences imposées (langage, attitude,…)

Ils ont pu analyser leur vécu, les avis, les idées véhiculées lors de l’animation et ainsi comprendre l’importance de la rencontre culturelle.

Un premier constat : « Est-il réaliste ou pas ? »

La réflexion posée sur la différence culturelle lors de cette animation, de ce week-end, a permis de posé un constat à première vue généraliste mais il n’en est rien.

Les élèves posent des hypothèses et se rendent compte qu’au sein d’une société la culture, les appartenances socio-économiques sont définies par le contexte dans lequel elles sont développées.

Pour arriver à ce constat, il faut se rendre compte que l’esprit et le développement des diverses aptitudes de chacun vont permettre de comprendre ce qui a fait que la culture s’est engagée dans telle ou telle voie.

La conclusion des jeunes est qu’en Belgique, il n’y a que la politique, l’argent, la hiérarchie, le pouvoir et la peur qui gouvernent et qu’on en oublie l’essentiel: l’amour, la famille, le partage, mais avant tout l’entraide et la fraternité.

Par contre, pour l’Afrique, on peut conclure que la politique pose souvent problème, la négligence des femmes, les conditions de vie et de travail peuvent être une réelle problématique mais a contrario, les gens vivent selon leurs propres ressources familiales, ils n’hésitent pas à faire preuve de partage, d’entraide même si leur propre vie en dépend. Ils ont de réelles valeurs portées par toute une population.

Notre but, au travers de cet article est de faire prendre conscience que l’état de la société n’est pas une évidence, encore moins une fatalité et que nous pouvons la déconstruire et la construire sur des bases plus solides et égalitaires pour tous.

L’important est d’avancer ensemble, main dans la main, en empruntant différents chemins qui s’avéreront similaires quant à l’objectif final.

La section Animation

Que pensez-vous de cet article?