RDC : « Félix Tshisekedi doit passer aux actes ! » (vidéo)

RDC : « Félix Tshisekedi doit passer aux actes ! » (vidéo)

Jean-Jacques Lumumba, petit neveu du premier Premier ministre du Congo est devenu l’une des principales figures de la société civile en RDC.

Ancien banquier à Kinshasa, l’homme a été l’un des premiers à oser dénoncer, notamment, la corruption et le blanchiment au profit de la galaxie Kabila dans la banque où il travaillait. Une “sortie” qui lui vaut de vivre aujourd’hui en exil. Mais l’homme n’a jamais renié son combat et continue à dénoncer la corruption qui gangrène son pays et l’oblige à stagner sous un niveau de pauvreté infra-humain.
Ce mois, Jean-Jacques Lumumba vient de recevoir un des prix mondiaux de la lutte contre la corruption. De quoi renforcer sa détermination et asseoir un peu plus son rôle de porte-voix en RDC.
Monsieur Lumumba, comment réagissez-vous quand vous entendez que le président Tshisekedi annonce dans son discours à la nation que “tous les réseaux de corruption seront démantelés” et qu’il ajoute : “je serai intraitable dans la lutte contre la corruption” ?
Je ne peux que me réjouir mais cela fait plus d’un an maintenant qu’il claironne cette position. Aujourd’hui, j’attends des gestes, des prises de décision claires. Je ne suis pas le seul. Les Congolais attendent qu’il passe des incantations aux actes.
Concrètement, vous attendez quoi ?
J’attends qu’il se donne les moyens de lutter contre la corruption. Qu’il renforce la justice, qu’il permette aux magistrats de poursuivre ceux qui ont fraudé. Tous ceux qui ont fraudé, même si leurs actes remontent à quelque temps.
Vous insistez sur ce “tous ceux qui ont fraudé”…
Oui, parce que si on peut faire des reproches au nouveau pouvoir, s’il y a eu des erreurs qui ont été commises depuis son installation, il ne faut pas oublier toute la corruption qui a régné en maître sous l’ère Kabila. On ne peut pas passer l’éponge sur ces années de fraudes et de mauvaise gestion massives. Joseph Kabila demeure le cancer du Congo. Au bout de ces affaires, ce sont toujours les mêmes qui paient les conséquences, ce sont toujours les Congolais qui sont obligés de vivre dans la misère alors que leur pays regorge de richesses.
Tshisekedi a-t-il les moyens d’entamer ces poursuites contre les méfaits de la Kabilie quand on sait que son prédécesseur tient toujours les rênes de l’Assemblée nationale et du Sénat ?
Oui. Clairement. Il a le soutien de la population qui ne veut plus entendre parler de Kabila. Il doit rompre avec Kabila, il n’aura pas le choix. Il sait que sa survie passera à un moment donné par ses anciens amis de l’opposition.
Vous voulez parler de ses anciens partenaires de Lamuka ?
Absolument. Un des problèmes majeurs du Congo, c’est sa classe politique. Ils se sont tous donnés des coups tordus et pourtant ils vont devoir retravailler un jour ensemble. Une fois de plus, il faut se dire que c’est le peuple congolais qui paie vraiment les pots cassés.
Et vous pensez que Kabila le laissera faire ?
Ça ne me surprendrait pas que Kabila tente d’éjecter Tshisekedi. Kabila n’est pas un enfant de chœur. Durant la guerre qui a permis à son père de prendre le pouvoir, Joseph était un des principaux recruteurs d’enfants soldats. Avec lui, seul compte le résultat.
Que pensez-vous de cette affaire des 6 millions de dollars que le gouvernement a décidé la semaine dernière – en présence du président Tshisekedi – de consacrer à célébrer, le 24 janvier, la première année de Présidence de celui-ci, la “fête de la démocratie” et de “l’alternance” ? La mesure a finalement été annulée en raison du tollé qu’elle a suscité.
C’est scandaleux ! Il faut cependant se rendre compte qu’il existe une forme de duplicité du pouvoir : Kabila veut profiter de toutes les faiblesses de Félix Tshisekedi. Il ne faut pas oublier ce qui s’est passé avant ce dernier. Tshisekedi fait des erreurs, il cajole trop Kabila, mais n’oublions pas que le mal vient d’abord de ce dernier et qu’il privilégie la continuité de son système de prédation. On attend de Tshisekedi qu’il fasse tout pour contrer ce système – sinon, il sera considéré comme en faisant partie. Tshisekedi, heureusement, a reculé sur cette célébration de l’alternance. Pour moi, d’ailleurs, il n’y a pas d’alternance au Congo, mais une reconfiguration de l’échiquier politique.
Le président Tshisekedi n’a rien fait au sujet des 15 millions de dollars disparus à la Présidence ; il a dit qu’il s’agissait de “rétrocommissions”. Il n’a rien fait pour lutter contre le système de prédation.
Il dit que le dossier se trouve entre les mains de la justice. Au-delà de cette affaire, il faut que Félix Tshisekedi ouvre l’œil, et le bon, pour que tous les dossiers soient examinés par la justice congolaise. Nous voulons la vérité sur les 15 millions et sur tout ce qui s’est passé avant, sous Kabila : le financement du Hezbollah, la Gécamines, etc. On n’aide pas le pays en effaçant le passé. Justice doit être faite. Je pense qu’il faudrait un tribunal spécial qui analyse tous les crimes économiques.
Que pensez-vous du scandale en cours à propos de dirigeants de la Gécamines ? On parle de blanchiment d’argent… (NdlR : voir ci-contre)
Des banques sont citées, qui sont intervenues dans l’opération. Il faut enquêter pour voir pourquoi les choses ont été faites de cette manière et à quoi l’argent a servi.
Avez-vous une idée de ce que pourrait représenter le manque à gagner qu’impliquent la corruption et le blanchiment pour les caisses de l’État ?
Luzolo Bambi (ancien ministre de la Justice et ancien conseiller spécial en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme sous le président Kabila) a estimé ce manque à gagner approximativement à 15 milliards de dollars par an. Je pense que ce chiffre est tout à fait crédible. C’est évidemment gigantesque quand on sait que le budget du gouvernement pour 2020 est de 11 milliards et que les institutions internationales ne pensent pas que nous y arriverons. Cela démontre l’impérative nécessité de sévir et de sanctionner les fraudeurs. Sans cette volonté, le pays ne sortira pas du cauchemar qu’il vit actuellement.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos