Croissance en baisse à 2,6%, selon la Banque centrale marocaine

Croissance en baisse à 2,6%, selon la Banque centrale marocaine

La Banque centrale marocaine table sur une croissance de 2,6% pour l’ensemble de l’année 2019, en baisse par rapport à 2018 (3%), en raison du recul de la valeur ajoutée agricole, selon un communiqué officiel publié lundi.

Par ailleurs, le taux de chômage a légèrement augmenté de 9,3% à 9,4%, avec un taux d’activité de 44,9% marqué par l’entrée nette sur le marché du travail de 168.000 actifs, selon la même source.

Le chômage touche de plein fouet les jeunes urbains et les diplômés, avec un taux qui croît avec le niveau de qualification, selon les dernières statistiques officielles. Plusieurs rapports marocains et internationaux ont récemment alerté sur le creusement des disparités sociales touchant en particulier les jeunes.

Le roi Mohamed VI vient de charger une commission spéciale de repenser le modèle de développement et de réduire ces disparités alors que plusieurs mouvements de contestation ont agité le pays ces dernières années.

Cette commission consultative composée de 35 membres, des hauts responsables locaux mais aussi des personnalités connues pour leur opinions critiques, a commencé ses travaux lundi avec pour objectif de rendre son rapport d’ici l’été.

Les mauvais résultats de l’agriculture, premier contributeur au Produit intérieur brut (14%) du Maroc, devant le tourisme et l’industrie, sont liés un épisode de sécheresse.

Les hypothèses de récoltes céréalières à venir et le raffermissement prévus des activités non agricoles conduisent cependant la Banque centrale à tabler « sur une accélération de la croissance à 3,8% en 2020 et sur sa consolidation à 3,7% en 2021 ».

Fin juillet, la Banque centrale marocaine s’était inquiétée dans son rapport annuel que « la croissance globale reste rythmée par l’alternance de bonnes et mauvaises campagnes agricoles » en pointant « l’atonie des activités non agricoles depuis 2013 ».

Le rapport fait également état d’un tissu économique « fragmenté, fragile et affaibli par l’informel, les pratiques déloyales, la corruption et les délais de paiement ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos