Soudan du Sud: sanctions américaines contre deux ministres accusés de « faire obstacle » à la paix

Soudan du Sud: sanctions américaines contre deux ministres accusés de « faire obstacle » à la paix

Les Etats-Unis ont imposé lundi des sanctions financières ciblées à deux ministres du Soudan du Sud, accusés de « faire obstacle » au retour de la paix dans ce pays africain en guerre.

Les mesures punitives visent le ministre de la Défense Kuol Manyang Juuk et son collègue des Affaires gouvernementales Martin Elia Lomuro, a annoncé le Trésor américain dans un communiqué.

Il leur est reproché d’avoir « perpétué le conflit pour leur enrichissement personnel ». Leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis sont gelés et l’accès au territoire américain leur est barré.

« Le Trésor n’hésitera pas à cibler ceux qui ont perpétué le conflit au Soudan du Sud et continuera à mettre la pression sur les hauts dirigeants du pays pour qu’ils prennent des mesures concrètes afin de ramener la paix et la stabilité », a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a aussi menacé, dans un autre communiqué, de « prendre d’autres mesures contre ceux qui veulent prolonger le conflit et faire dérailler les efforts de paix ». Il a exhorté les dirigeants du gouvernement et de l’opposition sud-soudanais à « prendre leurs distances de ceux qui entravent le processus de paix ».

Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar, dont les différends ont plongé en 2013 leur jeune Etat dans une guerre civile qui a fait près de 400.000 morts, ont échoué à former un gouvernement d’union prévu par un accord de paix à la date-butoir du 12 novembre.

Après déjà un précédent report, ils ont obtenu un nouveau délai de 100 jours, jusqu’en février, mais les Etats-Unis ont haussé le ton ces dernières semaines.

– « Economie de guerre » –

« Un peu plus de 30 jours après le début de ces prolongations, les Etats-Unis n’ont encore vu aucun pas concret du gouvernement du Soudan du Sud pour créer les conditions politiques et sécuritaires nécessaires à la formation d’un gouvernement d’union et à la mise en oeuvre de l’accord de paix », a déploré le Trésor américain.

« Le ministre des Affaires gouvernementales Martin Elia Lomuro a activement recruté et organisé des milices locales qui mènent des attaques contre les forces d’opposition », a-t-il détaillé pour justifier son inscription sur la liste noire américaine. Celui de la Défense Kuol Manyang Juuk « n’a pas retiré les forces militaires du front comme prévu, a fomenté la violence entre tribus rivales et supervisé l’entraînement de milices tribales pour les préparer à l’éventualité d’un regain de violence ».

« Ces ministres ont perpétué le conflit pour consolider le statu quo politique et alimenter l’économie de guerre », a encore affirmé le gouvernement américain.

Les Etats-Unis, qui ont été parmi les principaux soutiens de l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, manifestent désormais de plus en plus clairement leur impatience, avec des sanctions qui semblent aller crescendo.

Mike Pompeo a ainsi rappelé l’ambassadeur américain fin novembre pour « réexaminer » les relations avec le pays, avant de priver de visa américain la semaine dernière plusieurs personnes accusées de « faire obstacle à la paix », sans les nommer.

La semaine dernière, à l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’Homme, Washington avait aussi sanctionné plusieurs membres des forces de sécurité sud-soudanaises pour leurs « graves abus » contre « des figures politiques ou de la société civile dont les opinions diffèrent de celles du régime au pouvoir ».

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos