RDCongo: le retour de Martin Fayulu: succès de foule et faiblesses de discours

RDCongo: le retour de Martin Fayulu: succès de foule et faiblesses de discours

Par Marie-France Cros.

Martin Fayulu, présumé véritable vainqueur de la présidentielle du 30 décembre 2018, est rentré dimanche à Kinshasa après deux mois en Europe. Deux jours après le discours du président Félix Tshisekedi sur l’état de la Nation, vendredi dernier, il a annoncé le sien pour ce 30 décembre, un an après le « hold-up électoral ». La foule était au rendez-vous pour l’accueillir (voir video  ci-dessous).

https://afrique.lalibre.be/44455/rdcongo-le-president-tshisekedi-defend-son-budget-surevalue/

C’est une foule nombreuse qui a accueilli dimanche Martin Fayulu à l’aéroport de N’djili, qui l’a escorté durant trois heures vers Limete et qui a écouté son discours de meeting. L’accueil était organisé par la plateforme qui avait soutenu sa candidature à la présidentielle du 30 décembre 2018, Lamuka. La présidence tournante de celle-ci vient de passer à Adolphe Muzito.
Les attentes du public sont à la mesure de la déception d’une partie des Congolais après un an de présidence Tshisekedi, année riche en annonces mais pauvre en changements après les espoirs suscités par la première alternance pacifique à la tête de l’Etat. Des partisans du « vrai Président » étaient ainsi venus avec un fauteuil présidentiel, qui a servi à transporter le héros du jour (voir video ci-dessous).

https://afrique.lalibre.be/38474/rdcongo-lamuka-se-delite-un-peu-plus-et-le-fcc-tire-les-marrons-du-feu/

« Rencontrer toutes les parties intéressées »

Ce dernier rentrait de deux mois passés en Europe, où il a séjourné surtout en France mais aussi en Belgique, en Grande-Bretagne et en Suisse pour, selon les déclarations de Martin Fayulu au Temps (24 nov.), « rencontrer toutes les parties intéressées par une résolution de la crise congolaise après le hold-up électoral de décembre dernier ». Il n’avait cependant pas été reçu aux Affaires étrangères à Berne, devait-il pourtant avouer à nos confrères helvétiques, parce qu’il n’avait « pas sollicité de rendez-vous. Mon séjour ici était trop court »…

https://afrique.lalibre.be/36302/rdcongo-le-parti-de-martin-fayulu-sallie-a-celui-dhonore-ngbanda/

Dimanche, à Kinshasa, Martin Fayulu a stigmatisé l’incapacité de Félix Tshisekedi à « sécuriser la population de Béni » et invité la police, l’armée et les services de renseignement à la prudence en raison de la présence « d’infiltrés parmi eux ». Pas de précisions, mais de quoi attiser la panique provoquée par les tueries de Béni.

Information judiciaire sur les élections

L’opposant a aussi déclaré que le pays était « par terre, rien ne marche »; que Félix Tshisekedi était manipulé par Joseph Kabila et ne pourra « jamais relever le pays »; il a attribué la « faillite » de la République à l’absence « d’institutions légitimes ». M. Fayulu a donc demandé au chef de l’Etat de faire ouvrir une information judiciaire sur les élections du 30 décembre. On se rappelle que les bulletins électoraux n’ont jamais été produits pour appuyer les annonces de « victoire » de M. Tshisekedi à la présidentielle et de la coalition kabiliste FCC (Front commun pour le Congo) dans les assemblées nationale et provinciales.

https://afrique.lalibre.be/30868/rdc-une-fuite-de-donnees-designe-fayulu-comme-gagnant-des-elections-avec-une-large-avance/

Martin Fayulu a rappelé sa proposition de sortie de crise, dont il assure qu’elle est « bien accueillie par les Congolais ». Celle-ci consiste à tenir des élections anticipées dont l’organisation serait confiée à M. Fayulu, tandis que les autres institutions et leurs animateurs resteraient en place provisoirement. Cette proposition avait été mal accueillie par une partie du public puisqu’elle consistait à faire la même chose que ce que l’opposant reproche à M. Tshisekedi: faiire alliance avec le pouvoir combattu en échange d’un poste.

Certains acceptent mal, en outre, l’alliance passée par le parti de M. Fayulu, l’Ecidé, avec l’Apareco, celui d’Honoré Ngbanda, conseiller spécial de Mobutu pour la Sécurité (il était alors sunommé « Terminator ») et accusé d’être à la source de plusieurs tentatives de manipulation de l’opinion congolaise en vue de créer des désordres.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos