La Russie et le Rwanda vont construire un Centre de technologies nucléaires au Rwanda

La Russie et le Rwanda vont construire un Centre de technologies nucléaires au Rwanda

Quelques heures après la fermeture du premier forum Russie – Afrique, organisé à Sotchi sous l’égide du président russe Vladimir Poutine, les annonces des premiers accords se multiplient. L’un des plus étonnants est sans conteste celui signé entre Moscou et Kigali pour la construction d’un centre des sciences et technologies nucléaires au Rwanda.


Au centre de ce projet, la société nucléaire publiuqe Rosatom, qui regroupe plus de 300 entreprises et centres de recherche et développement, répartis dans 44 pays. ROSATOM fournit, selon son site Internet, des « services nucléaires complets allant de l’enrichissement de l’uranium à la construction de centrales nucléaires ». ROSATOM est d’ailleurs le plus grand constructeur mondial de centrales nucléaires de dernière génération.

L’accord a été signé par Alexey Likhachev, Directeur Dénéral de Rosatom, et par Claver Gatete, ministre de l’Infrastructure du Rwanda.

A Sotchi, la Russie se présente en protectrice de l’Afrique souveraine

Le CSTN deviendra une plate-forme moderne pour mener tout l’éventail des recherches scientifiques et des mises en œuvre pratiques des technologies nucléaires. Il permettra la production de radio-isotopes destinés à une utilisation généralisée dans l’industrie et l’agriculture ainsi qu’en matière de santé, notamment pour le traitement du cancer.

Autre objectif de ce centre selon ROSATOM : l’analyse de la composition élémentaire du minerai, des minéraux et des échantillons environnementaux. La société russe sera aussi chargée de former du personnel local hautement qualifié pour l’industrie nucléaire et aidera à la recherche sur les technologies numériques.

Le CSTN devrait comprendre un réacteur polyvalent de recherche à eau pressurisée, d’une capacité pouvant atteindre 10 MW.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos