RDC: pas d’investissements sans « conditions correctes »

RDC: pas d’investissements sans « conditions correctes »

Les hommes d’affaire belges attendent des autorités congolaises « des conditions correctes » pour répondre à l’appel du président Félix Tshisekedi à investir en République démocratique du Congo, a indiqué mercredi l’ambassadeur belge à Kinshasa.

« Des hommes d’affaire belges sont disposés à venir nombreux travailler en RDC. Mais ils attendent que le gouvernement congolais et l’administration congolaise créent des conditions correctes de travail », a déclaré Johan Indekeu, ambassadeur de Belgique.

La Belgique, ancien colonisateur du Congo, est l’un des premiers partenaires européens de la RDC, de par ses liens historiques avec le plus grand pays d’Afrique sub-saharienne.

« Il suffit d’améliorer le climat des affaires, mettre en place des mécanismes de transparence et de traçabilité qui respectent les standards pour voir l’engagement des investisseurs belges augmenter », a poursuivi l’ambassadeur.

Il présentait la deuxième « Semaine belge de Kinshasa », du 14 au 19 octobre, avec pour thème principal « la diversification de l’économie congolaise, quel apport belgo-congolais? ».

La chambre de commerce belgo-congolaise et luxembourgeoise affirme qu’une trentaine d’entreprises belges opérant en RDC prendront part à cette rencontre qui permettra de faire connaitre l’importance du secteur privé belge dans le pays, a déclaré l’un de ses responsables Philippe Falesse.

Mi-septembre, la Fédération des entreprises belges (FEB) avait indiqué au président Tshisekedi que des investisseurs belges avaient besoin d’obtenir des assurances sur la stabilité politique, macro-économique et la bonne gouvernance, avant de venir faire des affaires en RDC.

En réponse, M. Tshisekedi, en visite à Bruxelles, avait rassuré ses interlocuteurs, affirmant qu’il mettrait en place une agence nationale de lutte contre la corruption et engagerait des réformes dans les mines et dans la gouvernance du pays.

Pour marquer la normalisation des relations en dents de scie entre les deux pays, la compagnie aérienne Brussels Airlines a repris à partir de mercredi ses vols quotidiens Kinshasa-Bruxelles, qui étaient réduits de sept à quatre par semaine début 2018 par les autorités congolaises sur fond de brouille diplomatique entre les deux capitales.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos