Zuma : « Ma politique n’est pas dirigée contre la minorité blanche »

Zuma : « Ma politique n’est pas dirigée contre la minorité blanche »

Le président sud-africain Jacob Zuma s’est engagé, jeudi, à mener sa politique de réforme agraire dans le cadre du respect des dispositions de la Constitution du pays.


La question de la redistribution des terres sera gérée dans le cadre du respect des paramètres constitutionnels, a dit M. Zuma lors de la discussion du budget de la présidence au parlement.

Le président tentait de rassurer au sujet de la politique de réforme agraire très controversée qu’il compte introduire, proposant une expropriation des terres détenues par les Blancs au profit des Noirs, sans aucune compensation financière. Ce plan radical ne fait pas l’unanimité, y compris au sein du Congrès national africain (ANC, au pouvoir).

Les détracteurs du président sud-africain voient en son plan une rhétorique populiste qui rappelle celle du voisin zimbabwéen Robert Mugabe, dont la politique agraire a plongé le pays dans une grave crise.

Lors de son intervention au parlement, M. Zuma a souligné que sa politique n’était pas dirigée contre la minorité blanche, soulignant que le problème de la réforme agraire sera réglé dans le cadre des lois du pays.  « Nous n’allons pas suivre l’exemple du Zimbabwe », a-t-il dit.

Que pensez-vous de cet article?