BMW, BASF et Samsung s’allient pour l’exploitation du Cobalt en RDC

BMW, BASF et Samsung s’allient pour l’exploitation du Cobalt en RDC

Les groupes allemands BASF et BMW et coréen Samsung ont annoncé jeudi un projet pour promouvoir un développement dit « responsable » du cobalt en République démocratique du Congo, où ce métal crucial pour les batteries électriques est exploité dans des conditions parfois dramatiques. Concrètement, le chimiste BASF, le fabricant d’automobiles BMW et le géant de l’électronique Samsung, avec sa société soeur Samsung SDI, fabricant de batteries pour voitures électriques, ont mandaté une société allemande dans la coopération internationale (GIZ) afin de tester durant trois ans les conditions de vie et de travail dans et autour d’une petite mine de cobalt dans la province de Lualaba, près de son chef-lieu de Kolwezi.

Ils précisent qu’ils ne seront pas les exploitants de la mine.

« La durabilité est un aspect important de notre stratégie d’entreprise », a affirmé Andreas Wendt, membre du directoire de BMW, en charge des approvisionnements, cité dans un communiqué.

Le cobalt est un métal rare, autrefois utilisé comme pigment bleu, qui est crucial pour la fabrication des batteries de téléphones portables et des véhicules électriques.

La République Démocratique du Congo en est le plus gros producteur, fournissant 72% de la production mondiale en 2018, selon le rapport annuel des analystes de Darton Commodities, spécialiste des échanges de cobalt.

Mais cela ne va pas sans incidents à répétition. Précisément près de Kolwezi, des dizaines de personnes sont mortes fin juin dans l’effondrement d’une galerie sur le site minier de KCC, une filiale du géant suisse du négoce de matières premières Glencore.

Que pensez-vous de cet article?