Violences xénophobes: l’Afrique du Sud présente ses « plus sincères excuses » au Nigeria

Violences xénophobes: l’Afrique du Sud présente ses « plus sincères excuses » au Nigeria

Un émissaire sud-africain en visite lundi à Abuja a présenté ses « plus sincères excuses » au Nigeria après une vague d’attaques xénophobes à Johannesburg et ses environs, des violences à l’origine de tensions entre les deux grandes puissances du continent. L’ancien ministre Jeff Radebe a rencontré le président nigérian Muhammadu Buhari, lui faisant savoir que son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa réitérait « ses plus sincères excuses ». « Ces événements ne représentent pas les valeurs que nous défendons », a rappelé M. Radebe.

Le chef de l’Etat sud-africain avait été hué par la foule samedi au Zimbabwe, lors des obsèques de Robert Mugabe, et avait affirmé se « tenir ici comme un frère africain » et « présenter ses excuses et exprimer son regret ».

Le président Buhari, qui avait pris les rênes d’une vive réaction sur le reste du continent africain, a assuré à l’envoyé sud-africain que les « relations entre les deux pays seraient consolidées ».

L’Afrique du Sud a été touchée par une vague de violences xénophobes qui ont fait une douzaine de morts et des dégâts considérables, dont des biens de Nigérians, particulièrement dans les townships et le centre-ville de Johannesburg.

De nombreux pays africains ont vivement réagi et le Nigeria, qui rivalise depuis des années avec l’Afrique du Sud pour la place de première puissance économique du continent, a pris la tête du mouvement.

Buhari et Ramaphosa devraient se rencontrer lors d’une visite d’Etat en Afrique du Sud le mois prochain.

Après le Nigeria, la mission emmenée par M. Radeba doit faire étape au Niger, au Ghana, au Sénégal, en Tanzanie, en République démocratique du Congo et en Zambie.

Que pensez-vous de cet article?