Visite de Tshisekedi : La Belgique contente mais prudente

Visite de Tshisekedi : La Belgique contente mais prudente

Ce fut sans doute une divine surprise, pour la diplomatie belge, lorsqu’après avoir pris acte du bout des lèvres de la proclamation de Félix Tshisekedi comme chef de l’État par la Cour constitutionnelle congolaise – en dépit des comptages parallèles des résultats électoraux – le nouveau Président envoya dès janvier à Bruxelles des signaux chaleureux.
Outre des déclarations explicites, Félix Tshisekedi s’attela en effet à défaire les mesures “anti-Belges” du président Kabila. Après une rencontre entre le nouveau chef d’État et le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, la Belgique décida – comme l’Église catholique congolaise – de tourner la page de l’élection frauduleuse et de soutenir les possibilités de changement à Kinshasa.

Opinion: débâcle électorale aux scrutins indirects : l’UDPS est à la croisée des chemins

Si on se dit “content” dans les couloirs de la diplomatie belge, de cette visite officielle, la prudence reste tout de même de mise. Des signatures solennelles de documents auront bien lieu durant le séjour de Félix Tshisekedi à Bruxelles, mais – côté officiel au moins – ce devrait être de simples protocoles d’accord et lettres d’intention. Belges et Congolais ne se jetteront pas dans les bras l’un de l’autre, ils se serreront la main sans quitter l’autre des yeux.
Quatre signatures attendues
Parmi ces documents à signer devraient figurer : un texte formalisant la volonté des deux pays d’échanger des ambassadeurs et de rouvrir des consulats généraux même si, pour des raisons administratives (la Belgique est en affaires courantes ; le Congo a un gouvernement depuis le 6 septembre seulement) il faudra encore les attendre, ainsi que d’instaurer un dialogue régulier entre les deux capitales. Un autre texte permettant de terminer les programmes de coopération en cours, suspendus par Kabila ; un nouveau programme ne pourra être établi qu’avec un gouvernement belge en fonction. Un texte établissant un appui belge aux institutions qui gèrent les finances publiques au Congo. Enfin, un texte pour donner un cadre à des contacts en matière de défense, afin d’étudier une reprise de la coopération militaire.

Que pensez-vous de cet article?