Niamey désemparée face à la montée des eaux

Niamey désemparée face à la montée des eaux

« Rien à faire: il est temps de vider les lieux! », juge Mamoudou Barkiré, un retraité en béquilles, impuissant devant l’avancée inexorable des eaux vers sa maison de terre dans le quartier Kirkissoye de Niamey.

Maisons effondrées, rizières et jardins envahis par les eaux… Plusieurs quartiers de la capitale nigérienne sont dévastés par les inondations provoquées par la crue exceptionnelle du fleuve Niger qui affectent l’ensemble du pays depuis juin.

Ces deux derniers jours, Mamoudou Barkiré a vainement tenté de combattre le fleuve en construisant des digues d’argile, en empilant des sacs de sable. La plupart de ses voisins ont déjà déserté les lieux depuis longtemps.

« Ma maigre pension de retraite me suffit à peine pour nourrir ma famille et voilà que je risque de perdre ma maison dans ces inondations », se lamente le vieil homme à la barbe blanche bien taillée et vêtu d’un djellaba. Des vieux matelas, des chaises, des vêtements, quelque vaisselle attendent dans un coin sec de la cour l’arrivée d’une charrette qui les transportera « vers un lieu plus sûr ».

« Kirkissoye est subitement devenu un véritable marécage et la nuit c’est une cité fantôme », décrit Saouda Abdoulaye, une sinistrée de ce quartier, l’un plus touchés, reconnaissant avoir sous-estimé « les mises en garde des autorités ».

Quelques enfants barbotent dans les eaux boueuses des ruelles. Des femmes téméraires font le ménage dans des cours de maisons aux murs déchirés et gorgées d’eau.

Une équipe de pompiers sillonne les zones affectées pour recenser les victimes et évaluer les dégâts. Ces crues sont provoquées par « les abondantes pluies » qui s’abattent sur le Niger et le Burkina Faso et par la rupture d’un barrage au Mali, a expliqué le gouverneur de Niamey, Assane Issaka Karanta.

Dès avant les inondations, il avait invité les habitants exposés « à ranger leurs bagages, à faire des réserves d’eau potable et de nourriture ».

Mercredi, il a annoncé le « maintien » de « l’alerte rouge » lancée en début de semaine, au moment où les eaux ont atteint une hauteur de « 638 centimètres », un seuil « jamais vu en plus de 50 ans ».

– Nuit blanche –

La quasi-totalité du million et demi d’habitants de Niamey vivent sur les rives du fleuve et certains ont même construit leur maison dans son lit. Pour le moment « le pire est évité »: les digues qui protègent la capitale sur une dizaine de km « tiennent bon », assure le maire de Niamey, Mouctar Mamoudou.

Par prudence, il a demandé aux résidents des zones inondées de gagner les sites gouvernementaux « aménagés ».

Pourtant certains sont bien décidés à y rester pour défier les eaux.

« Dans tous les cas, on ne dort plus, si les eaux montent encore, on avisera », tranche Ali, membre d’une « brigade » qui « veille » sur les rivages où il vient de passer sa deuxième nuit blanche.

« Nous avons creusé des canaux pour évacuer les eaux de la maison et nous avons dressé des remparts de sacs de sable pour protéger les murs qui risquent de tomber », explique un étudiant d’une vingtaine d’années résident à Saga, autre quartier touché.

Selon le ministre nigérien chargé de l’Action humanitaire, Lawan Magadji, les fortes pluies ont fait depuis juin 42 morts et 70.000 sinistrés, dont plus de 2.000 à Niamey.

Un paradoxe dans ce pays pauvre désertique et régulièrement confronté à des crises alimentaires en raison de la sécheresse. Même la très désertique région d’Agadez (nord) n’est pas épargnée: les intempéries y ont fait trois morts et 17.000 sinistrés, selon son gouverneur Sadou Soloké.

Seuls 25.000 sinistrés ont pu être assistés, a noté le ministre Magadji qui invite les humanitaires « à accroître leur aide ».

Alors que la météorologie prévoit de nouvelles fortes précipitations jusqu’à la « mi-octobre », l’Organisation mondiale de la santé (OMS) craint « une épidémie de choléra ». Cette maladie avait fait 73 morts en 2018 principalement dans la région de Maradi (sud-est), actuellement la plus touchée par les inondations.

En 2018, les fortes pluies avaient causé la mort de 52 personnes, fait plus de 200.000 sinistrés et détruit 170.000 maisons, selon l’ONU.

En 2012 elles avaient tué une centaine de personnes et fait quelque 500.000 sinistrés, provoquant des dégâts estimés à environ 148 millions d’euros, selon un bilan officiel.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos