Le pape François au chevet des déshérités du Mozambique et Madagascar

Le pape François au chevet des déshérités du Mozambique et Madagascar

Le pape François a été accueilli par des milliers de fidèles enthousiastes mercredi soir au Mozambique, première étape de sa tournée africaine, qui le conduira aussi à Madagascar, deux pays où il entend plaider pour la paix et la justice sociale. Le souverain pontife doit conclure sa deuxième tournée sur le continent africain dans l’île touristique de Maurice où il est attendu lundi. Sur le tarmac de l’aéroport international de Maputo mercredi, le pape François, 82 ans, a été accueilli par le président mozambicain Filipe Niyusi, avant d’assister à quelques danses traditionnelles.

De nombreux fidèles, qui chantaient « Vive notre pape François », s’étaient massés à l’aéroport pour tenter d’apercevoir le Saint-Père avant qu’il ne parte pour le centre-ville de Maputo en voiture.

La visite du pape dans l’ex-colonie portugaise à majorité chrétienne intervient un mois après la signature d’un accord qui doit enterrer plus de quarante ans de conflit entre le gouvernement et l’ex-rébellion de la Renamo.

La guerre civile qui les a opposés a pris fin en 1992 mais la Renamo, devenue principal parti d’opposition, n’a jamais totalement désarmé.

Dans un message vidéo en portugais diffusé mardi, le pape a d’ailleurs appelé à renforcer « la réconciliation fraternelle au Mozambique et en Afrique, seule espérance pour une paix solide et durable ».

Trente-et-un ans après la visite de Jean Paul II au Mozambique, Maputo accueille le chef de l’Eglise catholique.

Le souverain pontife doit s’entretenir jeudi avec le chef de l’Etat mozambicain, des jeunes de différentes confessions et des représentants de l’Eglise catholique au Mozambique.

Le stade Zimpeto, où il doit célébrer une messe vendredi, est fin prêt, comme la plupart des fidèles qui vont y assister.

A Maputo, il est également attendu sur le front de la lutte contre le fanatisme, alors que le nord du Mozambique est la proie depuis deux ans d’attaques djihadistes meurtrières.

François ne devrait pas non plus manquer de s’exprimer sur l’urgence climatique, un thème qui lui est cher, après le passage en mars à Beira (centre) du cyclone Idai, qui a fait plus de 600 morts au Mozambique et deux millions de sinistrés.

Six mois plus tard, nombre d’entre eux souffrent encore de la faim et manquent d’un toit.

Pressé par son programme, François ne fera toutefois pas le déplacement à Beira, au grand dam des catholiques du cru qui ont dû se contenter d’une mention dans son message vidéo.

« Même si je ne peux pas aller au-delà de la capitale, mon coeur vous rejoint et vous embrasse tous, avec une place spéciale pour ceux qui vivent dans la difficulté », leur a-t-il dit.

A partir de vendredi, le pape s’attardera le plus longtemps à Madagascar, dont les trois quarts des habitants vivent avec moins de deux dollars par jour.

François, qui s’y exprimera notamment devant des casseurs de pierres, est attendu avec impatience sur la Grande île à majorité chrétienne.

Selon le révérend père Gabriel Randrianantenaina, secrétaire coordonnateur de la conférence épiscopale locale, quelque 800.000 fidèles sont attendus à la messe prévue dimanche sur un terrain de 60 hectares de la capitale, Antananarivo.

Autre particularité, le Saint-Père y circulera à bord d’une papamobile fabriquée par une petite entreprise locale qui avait déjà véhiculé Jean Paul II en 1989.

Il terminera son voyage par une visite éclair à l’île Maurice.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos