La CITES vote une quasi-interdiction de ventes d’éléphants d’Afrique sauvages à des zoos

La CITES vote une quasi-interdiction de ventes d’éléphants d’Afrique sauvages à des zoos

Le texte a été voté en séance plénière de la CITES avec 87 votes en faveur, 29 contre et 25 abstentions, réunissant la majorité des deux tiers nécessaire à son adoption.

Une première version du texte avait été adoptée le 19 août, au début de la réunion de la CITES, qui se tient jusqu’à mercredi à Genève, mais cette décision avait suscité une forte opposition de certains pays.

Mardi, en séance plénière, l’Union européenne a présenté une version amendée du texte pour tenter de parvenir à un compromis. Cette nouvelle version a toutefois donné lieu à des débats très tendus, certains pays comme le Zimbabwe étant contre, et a nécessité une interruption de séance avant d’être adoptée.

Ce texte, présenté originellement par plusieurs pays d’Afrique, porte sur le commerce international d’éléphants d’Afrique vivants et définit quels sont les « destinataires appropriés et acceptables » pour ces animaux.

Le document indique que les seuls lieux capables d’accueillir des éléphants d’Afrique capturés dans la nature dans des bonnes conditions sont les programmes de conservation in situ en Afrique, dans les zones où les éléphants vivent actuellement ou ont pu être présents par le passé, excluant de fait les parcs zoologiques ou de loisirs.

Le texte adopté mardi introduit toutefois la possibilité de vendre à l’international des éléphants d’Afrique capturés dans la nature « dans des circonstances exceptionnelles », en consultation avec les spécialistes de la CITES et de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ou dans le cadre de transferts temporaires dans des situations d’urgence.

Créée il y a plus de 40 ans, la CITES fixe les règles du commerce international de plus de 35.000 espèces de faune et de flore sauvages et dispose d’un mécanisme qui lui permet d’imposer des sanctions aux pays qui ne respectent pas ces règles.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos