RDC : 1,5 million de signatures pour réclamer des élections locales

RDC : 1,5 million de signatures pour réclamer des élections locales

La puissante Eglise catholique congolaise, habituée aux prises de position politiques, et un collectif d’églises protestantes ont annoncé avoir recueilli plus de 1,5 million de signatures grâce à une pétition réclamant la tenue d’élections locales en République démocratique du Congo (RDC), un scrutin sans cesse reporté depuis 2006, a rapporté la radio onusienne Okapi.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et l’Eglise du Christ au Congo (ECC, protestante) avaient lancé cette pétition fin mai pour exiger l’organisation de ces scrutins avant la fin du mois de décembre prochain – un an près les élections présidentielle, législatives et provinciales contestée du 30 décembre 2018.
Elles affirment avoir récolté 1.509.549 signatures.
C’est le premier secrétaire général adjoint de la CENCO, l’abbé André Masinganda, assisté du pasteur Eric Senga, secrétaire général de l’ECC, qui ont rendu ce chiffre public vendredi à Kinshasa, selon le site web de l’épiscopat congolais cité Radio Okapi.
La pétition a recueilli au total deux millions de signatures, mais 491.541 personnes n’ont pas répondu aux critères exigés, à savoir les noms et le numéro de la carte d’électeur.
La Cenco a rappelé que, selon la Constitution congolaise, une fraction du peuple congolais, en l’occurrence 100.000 personnes, s’exprimant par une pétition adressée à l’une de deux chambres du parlement, peut lancer l’initiative de la révision constitutionnelle. « Ici, il ne s’agit pas de la révision constitutionnelle, mais d’une matière contenue dans la Constitution et dans le calendrier électoral« , a dit l’abbé Masinganda. Il a souligné que jamais dans l’histoire de la RDC, une pétition n’a récolté autant de signatures.
Le premier secrétaire général adjoint de la CENCO a indiqué que la primeur de cette pétition est réservée au Président de la République, Félix Tshisekedi.
L’opposant Félix Tshisekedi a été proclamé vainqueur de la présidentielle du 30 décembre. Les proches de l’ex-président Joseph Kabila ont gardé la majorité dans les deux chambres du parlement (Assemblée nationale et Sénat) ainsi que dans les assemblées provinciales.
La Cenco a contesté les résultats publiés par la Commission électorale, considérant qu’ils n’étaient pas conformes à ceux de ses 40.000 observateurs déployés dans des bureaux de vote à travers le pays.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos