RDC: Les Fardc ont tué 16 personnes à Rutshuru depuis mars 2019

RDC: Les Fardc ont tué 16 personnes à Rutshuru depuis mars 2019

Par Esther N’sapu, correspondante dans l’Est de la RDC

Le Centre d’Observation des Droits de l’Homme et d’Assistance Sociale « CODHAS » en sigle, est préoccupé de l’usage excessif des armes et
minutions de guerre par certains éléments des Forces Armées de la
République démocratique du Congo  dans certains villages à Rutshuru.

Le territoire de Rutshuru est situé à environ une soixantaine de kilomètres de la ville de Goma au Nord-Kivu (RDC).

Cette organisation de défense des droits de l’homme, accuse les Force armées de la République démocratique du Congo (FARDC) d’avoir tué 16 personnes et blessé 19 autres par balle entre le 29 mars et 1 juillet 2019 à Rutshuru. Les villages plus touchés par ces violences sont Bugina, Rugari, Kanombe, Kibirizi, Rugare, Kiondo, Kabaya, Burayi et la cité de Kiwanja.

D’après Hervé Nsabimana, coordonateur de cette organisation, parmi les victimes on note un écolier tué par balle dans la cité de Kiwanja lors d’une manifestation de la population de cette cité qui réclamaient plus de sécurité. Selon lui, certains militaires présumés auteurs de ces actes ont été brièvement interpellés mais malheureusement relâchés quelques heures plus tard.

« Ne pas sanctionner les auteurs qui font un usage abusif des armes contre les civils sème évidemment le doute dans la population  vis à vis-à-vis de la justice militaire. Ce qui est très préjudiciable surtout dans une zone opérationnelle où la collaboration est nécessaire pour la réussite des opérations contre les groupes armés », a t-il dit.

Dans un communiqué rendu public, le CODHAS s’est dit préoccupé du fait que « certains éléments du maintien de l’ordre tirent à bout portant sur des civiles. Ceci constitue une violation grave de la convention de Genève qui consacre la protection des civils dans le conflit armé ainsi que le code pénal congolais » .

Le CODHAS exige qu’une commission d’enquête soit mise sur pied par la justice militaire pour établir les responsabilités directes des auteurs, issus des Fardc et de la PNC, de ces violations graves des droits humains pour que des sanctions exemplaires soient prises à leur égard.  »

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos