Côte d’Ivoire/banane: l’appui de l’UE à la filière a « atteint ses objectifs »

Côte d’Ivoire/banane: l’appui de l’UE à la filière a « atteint ses objectifs »

L’appui de l’Union européenne à la filière banane en Côte d’Ivoire, premier producteur africain, pour faire face à la concurrence latino-américaine, « a atteint ses objectifs », s’est félicité jeudi à Abidjan le ministre ivoirien de l’Agriculture.

Dénommé, Mesures d’accompagnement banane (MAB), ce troisième appui (2013-2019) d’un montant de 29,3 milliards de francs CFA (44,6 millions d’euros) vise à permettre aux filières bananes des pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) « de faire face aux évolutions du marché européen et à la concurrence des bananes des pays latino-américains sur ce marché ».

« Au vu de ce qu’il nous est donné de constater (…) nous pouvons affirmer sans nous tromper, que notre objectif sur ce volet des MAB est en voie d’être atteint sinon atteint », a affirmé le ministre de l’Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly, lors d’une cérémonie.

Le troisième appui a permis « la réintégration des petits producteurs par la relance de la production villageoise de la banane dessert ».

Le projet vise à terme à dégager 1.600 hectares pour l’installation de jeunes producteurs de banane appelés à devenir de véritables entrepreneurs ruraux vivant de leur métier, à travers la création de blocs de 200 hectares chacun dont un dans le nord du pays, nouvelle zone de production.

L’appui européen a aussi pour objectif d’améliorer les conditions environnementales de production, la qualité de vie des travailleurs et le développement du marché local et régional.

Cette aide européenne est entrée en vigueur après l’accord conclu en 2009 entre les pays producteurs d’Amérique latine et l’Europe mettant fin à la longue « guerre de la banane » née en 1993 quand l’UE avait décidé d’accorder un régime douanier préférentiel aux pays ACP pour la plupart d’ex-colonies européennes.

La filière banane ivoirienne a déjà bénéficié d’un appui européen de 22,4 milliards de FCFA (34,1 millions d’euros), durant la période 1993-95 et de 22,3 milliards FCFA (34 millions d’euros) entre 1999 et 2008.

La Côte d’Ivoire ambitionne d’atteindre une récolte de 500.000 tonnes en 2020 contre 350.000 T en 2017. Son principal débouché est l’UE.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos