RDC: campagne pour les élections à la tête du sénat, la majorité divisée

RDC: campagne pour les élections à la tête du sénat, la majorité divisée

La majorité parlementaire en République démocratique du Congo (RDC) s’est lancée, divisée, mercredi dans la campagne électorale pour briguer sept postes au bureau du Sénat, dont le perchoir, alors qu’un transfuge défie le candidat désigné par l’ancien président Joseph Kabila – ce qui a provoqué son exclusion de la coalition. A l’entrée principale du Palais du peuple, siège du parlement congolais à Kinshasa, deux gros panneaux sont accrochés aux murs vantant les qualités d’Alexis Thambwe Mwamba, ancien ministre de la Justice, choisi par le président « honoraire » et sénateur à vie Joseph Kabila pour présider la chambre haute du parlement.

Ses détracteurs au sein de la majorité, le Front commun pour le Congo (FCC, kabiliste), lui reprochent « ses rapports humains difficiles, teintés d’arrogance ».

Thambwe est en attente d’un éventuel procès en Belgique pour avoir revendiqué l’attaque contre un avion civil abattu en 1998 à Kundu (est) par la rébellion du Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD, soutenu par le Rwanda) – qui avait causé la mort d’une quarantaine de passagers. Il est aussi visé par la justice américaine pour avoir ordonné « la détention illégale » d’un citoyen américain, Lewis Darryl, alors garde du corps américain de l’opposant Moise Katumbi Chapwe.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre les membres du FCC réunis en « prière électorale » autour de M. Thambwe.

Face à lui, l’ex-ministre de l’Économie et du Plan, Modeste Bahati Lukwembo, chef du deuxième regroupement du FCC, l’Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés (AFDC-A, 109 élus nationaux et provinciaux), a également déployé de gros moyens – affiches, stands, écran géant – pour défier le candidat du pouvoir.

Aux côtés de ces deux poids lourds, seize autres candidats pour l’une des sept fonctions en jeu ont déployé des banderoles. Comme l’ancien ministre de l’Intérieur sous sanctions européennes Évariste Boshab. Considéré lui aussi comme un dur de l’ancien régime, il a promis dans une vidéo de « servir dans la loyauté » comme 1er vice-président du sénat.

L’autre figure connue à ce poste de 1er vice-président est l’un des ex-Premiers ministres de M. Kabila, Samy Badibanga, un ancien du parti présidentiel Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS). Ses affiches sont aussi placardées dans l’enceinte du palais du peuple pour barrer la route à M. Boshab.

Du côté de l’opposition, la candidature de Marie Josée Kamitatu Sona au poste de rapporteur adjoint est soutenue par le regroupement Ensemble de M. Katumbi. Mme Kamitatu est la fille d’Olivier Kamitatu Etsu, directeur de cabinet et porte-parole de M. Katumbi.

La campagne pour l’élection au bureau du sénat a débuté mercredi et se termine jeudi. L’élection est prévue samedi.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos