Un masque Chokwe retrouvé et exposé à Bruxelles avant son retour en Angola

Un masque Chokwe retrouvé et exposé à Bruxelles avant son retour en Angola

Ce 22 juillet est un grand jour pour le musée de Dundo en Angola, pour la fondation Sindika Dokolo et pour tous les amateurs d’art africain. Une pièce manquante de la fameuse collection du musée de Dundo a été retrouvée et est exposée à Bozar à Bruxelles jusqu’au 6 octobre dans le cadre de l’exposition IncarNations, avant son retour en Angola. Il s’agit d’un masque Chokwe.

Ce majestueux masque Cihongo du peuple Chokwe est utilisé dans le cadre des cérémonies initiatiques de la mukanda. Un masque dont Sindika Dokolo, célèbre collectionneur congolais, nous avait parlé en juin dernier. Comme la plupart des oeuvres manquantes du musée de Dundo, ce masque a disparu pendant la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 2002. C’est l’épilogue d’une patiente recherche entamée il y a deux ans par la Fondation Dokolo.

L’avis de recherche des oeuvres d’art (en)volées s’affiche au coeur du musée Bozar

A la fois mécène et entrepreneur, Sindika Dokolo a lancé une ambitieuse mission de restitution en 2014. Son objectif est de retrouver les œuvres d’art des collections du Musée régional de Dundo pillé pendant la guerre civile afin de les ramener dans leur pays d’origine. « Grâce à un effort collectif en collaboration avec des collectionneurs, des marchands d’art, des maisons de ventes aux enchères, des chercheurs et des experts internationaux, 13 œuvres ont été retrouvées et remises au gouvernement angolais depuis le début de cette mission » rappelle la Fondation.

Des avis de recherche via Interpol

Une pièce entière de l’actuelle exposition IncarNations, visible à Bozar jusqu’au 6 octobre, est consacrée à ce vaste travail d’enquête, on y voit sur deux pans de mur, du sol au plafond, des photos d’objets d’art, assorties de fiches d’identité : description, taille, matériau, origine, région, tribu, nom de l’artiste, période,… Certaines enquêtes sont menées par Interpol.

Les recherches de la Fondation Dokolo se basent sur différents documents présents notamment à Bruxelles. Ainsi dans le cas du masque retrouvé, une image en a été publiée pour la première fois en 1956 par José Redinha, alors directeur du Musée Dundo. Il figure également dans l’ouvrage de référence, publié en 1961 par Marie-Louise Bastin, professeure émérite de l’Université Libre de Bruxelles, et pionnière dans la classification et la documentation de quelque 300 œuvres importantes du Musée régional de Dundo.

Les archives de l’AfricaMuseum de Tervueren sont également une source d’information indispensable pour retrouver les œuvres perdues ; l’enquête sur la provenance de ces pièces est menée en étroite collaboration avec le musée belge. Ce n’est donc pas un hasard si cette découverte a été faite dans le cadre de la présentation du travail de la Fondation Dokolo à Bruxelles.

« IncarNations » relie l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui

L’exposition IncarNations a pour but de confronter oeuvres d’art classique et contemporain de l’Afrique et ses diasporas en mettant en avant l’esprit qui les anime. Pour parvenir à croiser les regards et les lignes du temps, l’artiste et commissaire sud-africain Kendell Geers et le collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo ont sélectionné environ 150 œuvres de l’imposante collection de ce dernier. « L’objectif est d’inviter le visiteur à changer de perspective dans son regard sur l’art africain d’hier et d’aujourd’hui, par la mise en évidence de la spiritualité qui les relie. C’est d’ailleurs la première fois que les œuvres anciennes et contemporaines de cette collection sont présentées ensemble au public. »

L’exposition proposée à Bozar présente des œuvres de William Kentridge, Wangechi Mutu, Otobong Nkanga, Yinka Shonibare, Pascale Marthine Tayou, Ana Mendieta, Kehinde Wiley, Hank Willis Thomas, Tracey Rose et Zanele Muholi, notamment.


Karin Tshidimba

Photo du masque Chokwe: Yannick Sas

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos