Afrique: éducation des filles: d’abord assurer leur sécurité

Afrique: éducation des filles: d’abord assurer leur sécurité

Pour encourager l’éducation des filles, il faut surtout assurer « leur sécurité à l’école et en chemin », a souligné vendredi à Paris la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore.

« Dans certains pays d’Afrique, les filles n’ont même pas la possibilité de se rendre en sécurité à l’école », insiste-t-elle, citant l’Afrique du Sud, où elle se trouvait récemment : « Des filles expliquent qu’il est rare qu’elles ne se fassent pas aborder, voire même sexuellement abuser, sur le chemin de l’école. C’est la priorité, protéger les filles quand elles vont en classe ».
 
« Mais nous avons aussi une responsabilité plus générale qui est de protéger les filles de toutes formes de violence, y compris dans la cour de récréation, les protéger de la violence de leurs camarades et parfois aussi de leurs professeurs. Que toutes les filles soient traitées avec respect ».
 
Selon un rapport de l’Unicef publié en septembre 2018, à l’échelle mondiale, la moitié des élèves âgés de 13 à 15 ans, soit environ 150 millions d’enfants, rapportent qu’ils ont été victimes de violence entre pairs à l’école ou à ses abords; un écolier sur trois dit qu’il a été la cible d’intimidation ou mêlé à des bagarres.
 
RDCongo: les écoles attaquées
 
Ces données ne comprennent pas les attaques délibérées de belligérants contre des établissements scolaires: le rapport cite ainsi 396 attaques recensées en 2017 contre des écoles en République démocratique du Congo, 67 en Syrie et 20 au Yémen. En Afghanistan, le nombre d’attaques contre des écoles a presque triplé entre 2017 et 2018, passant de 68 à 192, a révélé l’Unicef en mai.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos