RDC : Près de 200 maisons parties en fumée à Bukavu

RDC : Près de 200 maisons parties en fumée à Bukavu

Par Esther N’sapu, correspondante à l’Est de la RDC

Les incendies sont devenus récurrents en ville de Bukavu et ses environs. Dans la nuit du 30 juin 2019, près de 200 maisons ont été consumées par le feu sur avenue Camp Zaïre, quartier Nkafu, dans la commune de Kadutu (Bukavu), province du Sud-Kivu. Ce drame a laissé une fois de plus, plusieurs familles sans abri.

Selon les témoignages recueillis sur place, le feu s’est propagé sur presque toute l’avenue aux environs de 22h lorsque plusieurs jeunes du quartier étaient en train de regarder le match des Léopards. Impossible de contenir la puissance du feu. Les habitants tentaient à tout prix de sauver leurs enfants et protéger leurs biens.
Cet énième incident aurait affecté entre 2.000 et 2.500 personnes qui se retrouvent à la rue.

« Certaines familles ont passé la nuit à l’extérieur, d’autres dans des familles d’accueil », précise le chef de quartier. D’après Jean-Marie Chikoba Ndebend, chef-adjoint du quartier Nkafu, deux enfants seraient morts au cours de cet incendie mais un seul corps d’un enfant d’environ 4 ans a été retrouvé. Le nombre de blessés, lui, n’est pas encore connu. Les enquêtes se poursuivent.

« Il est pour l’instant difficile de prouver l’origine de l’incendie. C’est tout simplement une catastrophe. La moitié de cette avenue a été emportée par le feu. Ces habitants sont restés sans rien, il faut que les autorités leurs viennent en aide. Que les églises, les personnes de bonne foi puissent intervenir rapidement », a t-il dit.
Lundi matin, les familles des victimes tentaient de récupérer ce qui pouvait l’être dans les cendres encore fumantes de leur maison. Les fils électriques ont également été coupés et gisent sur le sol ce qui fait craindre à certains un regain d’insécurité. Des vols pendant l’incendie ont d’ailleurs été rapportés.

Chantal Marcelline l’une des victimes de l’incendie, explique qu’elle habite le quartier Nkafu depuis plus de 10 ans. Elle a perdu sa maison et tout ses biens dans l’incendie. D’autres membres de sa famille ont également été touchés comme son frère dont la maison a été démolie pour éviter que le feu ne se propage. Par ailleurs, elle déplore le manque d’intervention du service anti-incendie dans la ville de Bukavu qui compte à ce jour, plus d’un million d’habitants.

Lors de cet incendie, le véhicules venu combattre le feu a eu beaucoup de mal à atteindre la source de l’incendie. Les maisons sont construites anarchiquement, certaines ne sont accessibles que via de petits sentiers et aucune avenue digne de ce nom n’existe pour séparer les maisons.

Constructions anarchiques

Ces constructions anarchiques sont non seulement le fait des habitants, mais aussi de certaines autorités urbaines qui octroient des permis de construire sans se soucier de la forte densité des populations dans ces quartiers ! Des maisons sont collées les unes aux autres et sont construites en planches de bois. Pire, les planches sont enduites de reste d’huile de moteur ou de bitume, pour prolonger leur durée de vie et lutter contre les insectes rongeurs de bois. Or, ces enduis sont très inflammables.

Le 17 août 2018, un autre incendie s’était produit entre les avenues Irambo I et Pesage II dans le quartier Nyalukemba, dans la commune d’Ibanda, à Bukavu (Sud-Kivu) laissant ainsi entre 2.500 et 3.000 personnes dans la rue.

RDC : 300 maisons calcinées à Bukavu en une semaine

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos