RDC : Les communautés de Kalehe exigent le rapatriement des FDLR au Rwanda

RDC : Les communautés de Kalehe exigent le rapatriement des FDLR au Rwanda

Par Esther N’sapu, correspondante à l’Est de la RDC

Six communautés du territoire de Kalehe demandent aux autorités congolaises, le désarmement et le rapatriement dans un bref délai des rebelles des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) et du Conseil National pour le Renouveau Démocratique (CNRD) cantonnés à Ziralo (une localité située à environ 70 kilomètres de Kalehe centre – province du Sud-Kivu) depuis février 2019.

Il s’agit des communautés Bahavu, Batembo, Barongeronge, Bahutu, Batusti et Batwa du territoire de Kalehe. Les informations livrées par la société civile du territoire de Kalehe confirment la présence des rebelles dans les villages de Kitindiro et Rutare dans le groupement de Ziralo en chefferie de Bahavu.

D’après Xavier Bachirongo, président de la communauté Batembo, la présence des éléments FDLR à Kalehe constitue une menace sérieuse par rapport à la sécurité de la population et de leurs biens. « Ces personnes doivent quitter le territoire de Kalehe le plus tôt possible. Ils commettent des exactions depuis leur arrivée à Kalehe. Ils ont tout d’abord occupé illégalement les champs et les terres des populations autochtones. Cela a créé des déplacements de populations civiles et de leurs troupeaux contraints de fuir vers des villages voisins par peur de ces éléments armés. Par ailleurs, ces rebelles vendent des armes à certaines populations civiles moyennant 10 à 15 mille francs congolais. Nous craignons une fois de plus la prolifération des armes en territoire de Kalehe qui aura sûrement des conséquences sur la sécurité des habitants ».

Les rebelles FDLR ont laissé une mauvaise image au sein de la population du territoire de Kalehe. En effet, avant leur départ forcé de Kalehe en 2012, ces rebelles FDLR avaient commis des crimes et des tueries similaires à ceux commis au Rwanda, leur pays d’origine, et cela de 1996 à 2012, rappelle encore le président de la communauté  Batembo.

Ces rebelles armés et leurs femmes, jeunes et enfants sont estimés à 6.000 personnes. Par ailleurs, selon les informations de la société civile sur place à Ziralo, ils se promèneraient librement en tenue civile sur toute l’étendue du territoire d’Idjwi, la ville de Goma et en territoire de Masisi au Nord-Kivu.

Delphin Birimbi, président du cadre de concertation territorial de la société civile de Kalehe (CCTSC) confirme également que ces rebelles se livrent à l’exploitation de l’or dans le groupement de Ziralo en toute quiétude.

Jeudi dernier, les communautés du territoire de Kalehe s’étaient réunies à l’issue d’un dialogue social en vue de présenter à la communauté locale, nationale et internationale leur position face à l’incursion et à l’occupation illégale de leur territoire par les FDLR. A l’issue de ce dialogue, les communautés signataires demandent au Gouvernement congolais de rapatrier les rebelles FDLR au Rwanda, leur pays d’origine, et de traquer les éléments refusant d’être rapatriés.
Ils dénoncent par ailleurs l’inaction de la force onusienne présente en RDC (Monusco) dans leur territoire et leur demandent d’assister les forces armées congolaises dans cette traque ou de quitter la RDC. Enfin, ces mêmes communautés du territoire de Kalehe se sont indignées des déclarations de Monsieur Paul Rusesabagina, président de la plateforme « Mouvement Rwandais pour le Changement démocratique » (MRCD) qui déclarait dans une lettre datée du 4 juin 2019 signée à Bruxelles que les rebelles des FDLR et du CNRD devaient être considérés comme de simples réfugiés rwandais au Congo. Or, pour les communautés du territoire de Kalehe, ces groupes rebelles sont extrêmement dangereux du fait qu’ils sont armés.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos