Zambie: le président souhaite en finir avec le géant du cuivre KCM

Zambie: le président souhaite en finir avec le géant du cuivre KCM

Le président zambien Edgar Lungu a promis mardi le démantèlement de Konkola Copper Mines (KCM), la principale compagnie minière du pays, nouvelle étape dans le conflit avec les sociétés minières étrangères sur la fiscalité et l’emploi. KCM est contrôlée à 79,4% par le géant minier britannique Vedanta Resources, coté à Londres, le reste du capital revenant à l’Etat zambien.

Pour renflouer les caisses du pays, la Zambie, deuxième producteur de cuivre du continent africain, a décidé de frapper son secteur minier au portefeuille en établissant une nouvelle taxe destinée à remplacer la TVA qui doit entrer en vigueur le 1er juillet.

Lungu a même expliqué que les entreprises étrangères du secteur étaient « libres de quitter le pays » si elles n’approuvaient pas cette nouvelle fiscalité.

« Nous sommes résolus et déterminés au sujet de la liquidation de KCM car tout le monde dans le Copperbelt (la « ceinture de cuivre » du bassin minier, dans le centre du pays, NDLR) souhaite le départ de Vedanta », a indiqué le président au micro de la radio nationale.

« C’est ma décision et c’est aussi celle du peuple, je ne vous laisserai pas tomber au sujet de KCM », a-t-il lancé à ses partisans dans la ville de Ndola.

Un liquidateur judiciaire a été nommé le 21 mai par la justice zambienne à la tête de KCM, qui emploie 13.000 personnes.

Vedanta avait réaffirmé la semaine dernière son « engagement » en Zambie et le « développement et la pérennité » de KCM.

La société a affirmé que le gouvernement zambien proférait des « accusations infondées » à propos d’impayés fiscaux et que son activité passait sous le seuil de la rentabilité à cause de la hausse des taxes et du coût de l’electricité.

Les sociétés minières avaient averti que les nouvelles décisions politiques pourraient entrainer un net repli de l’investissement et des milliers de licenciement.

« KCM est le plus gros employeur du pays et les conséquences de sa liquidation seront désastreuses », a indiqué l’analyste Maambo Hamaundu.

« Les déclarations de responsables gouvernementaux ont confirmé il y a quelques semaines que la mine fonctionnait normalement et tout à coup elle doit être démantelée. Les investisseurs étrangers sont inquiets. »

La Zambie est le deuxième producteur mondial de cuivre après la République démocratique du Congo (RDC).

Vedanta Resources, contrôlée par le milliardaire indien Anil Agarwal, cherche une solution impliquant un arbitrage international pour résoudre ce conflit. Plusieurs analystes estiment qu’elle pourrait être remplacée par une société chinoise.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos