RDCongo: deux tiers des Congolais ont bonne opinion de Félix Tshisekedi

RDCongo: deux tiers des Congolais ont bonne opinion de Félix Tshisekedi

Par Marie-France Cros.

Un sondage Berci/GEC (1) montre que bien que la moitié des Congolais pensent que les récentes élections dans leur pays étaient truquées, ils en acceptent les résultats, au nom du changement. Et deux tiers ont bonne opinion de Félix Tshisekedi, trois mois après son accession à la Présidence. Côté opposition, la cote de Martin Fayulu comme chef de l’opposition remonte, au détriment de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba – ce qui, paradoxalement, n’empêche pas ce dernier d’engranger 55% d’opinions favorables et l’ex-gouverneur du Katanga, 70%, ce qui le met en première place, juste devant Fayulu, à 65% d’opinions favorables.

Rappelons qu’une fuite au sein de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) représentant 86% des votes comptabilisés, et un décompte de la mission d’observation électorale de l’Eglise, portant sur 43% des bureaux de vote, avaient fourni des tendances similaires pour les résultats des élections présidentielles du 30 décembre 2018: environ 60% pour Martin Fayulu, candidat de la coalition d’opposition Lamuka, Felix Tshisekedi et Shadary Ramazani (le candidat kabiliste) recueillant moins de 20% chacun. Les chiffres officiels qui ont été proclamés (sans avoir été prouvés par le résultat détaillé des votes) ont donné Tshisekedi à 38,5%, Fayulu à 35,8% et Shadary à 23,8%.

Ce tour de passe-passe n’a pas donné lieu à des protestations importantes, l’électorat se satisfaisant du départ de Joseph Kabila du fauteuil présidentiel: en mars 2019, indique le sondage Berci/Gec rendu public ce 5 juin, 27% des sondés se déclaraient « enthousiastes » et 32% « déçus » par la proclamation de Félix Tshisekedi.

Ce sondage a été conduit fin mars, auprès de 1200 personnes de 18 ans et plus, et début mai, auprès de 1300 personnes, par téléphone cellulaire, dans 400 sites urbains et ruraux.

Bonne opinion en hausse pour Tshisekedi

Le résultats du sondage montrent que 62% des sondés avaient une bonne opinion du président Tshisekedi en mars et 5% de plus en mai. Pourtant la moitié des sondés pensent que la présidentielle a été « probablement » ou « très probablement truquée ». Ces résultats sont meilleurs que ceux obtenus, après trois mois à la Présidence, par Laurent Kabila (51%) et par Joseph Kabila (44%).

Il faut rappeler que les précédents sondages Berci/Gec donnaient 55% de bonnes opinion de Félix Tshisekedi en février 2017, 76% en octobre 2018 – juste avant la trahison de Genève, quand il décida de faire cavalier seul pour l’élection – et 57% en décembre 2018.

L’alliance avec les kabilistes mal perçue

L’analyse du sondage indique cependant que son alliance avec les kabilistes est de moins en moins bien perçue: en mars, 53% en avaient une mauvaise opinion; en mai, 58%. Dans le même temps, le rejet des kabilistes diminue: 73% en juillet 2018, 68% en mai 2019. Et si 22% des Congolais avaient une bonne opinion de Joseph Kabila en décembre dernier, ils sont 24% en mai 2019. Mais 72% des sondés pensent qu’il ne doit pas s’impliquer dans la politique du pays (contre 66% en mars).

Pour les sondés, la première priorité de Félix Tshisekedi doit être d’améliorer les conditions de vie des Congolais; viennent ensuite la sécurité/la paix et des poursuites judiciaires contre Kabila et autres. Il faut noter que poursuivre en justice Joseph Kabila sera vraisemblablement impossible puisqu’en tant qu’ancien Président il est sénateur à vie et jouit donc, à vie, de l’immunité attachée à ce statut; tant que le FCC a la majorité au sénat, cette immunité ne sera pas levée.

Martin Fayulu devrait diriger l’opposition

La popularité de Martin Fayulu a, quant à elle, chuté après la proclamation de Félix Tshisekedi. Lors de précédents sondages Berci/Gec, il ne dépassait pas 1% des intentions de vote (nov. 2017, février et juin 2018), pour atteindre 8% juste avant d’être choisi comme candidat unique de l’opposition, en novembre 2018. Mais, le 30 décembre 2018, il incarnait le mieux l’espoir de changement. Selon le sondage, en mars dernier, 38% des sondés pensaient qu’ils devaient diriger l’opposition et 48% en mai. Pour jouer ce rôle, seuls 23% citent Katumbi et 16% Bemba.

Le sondage montre que, pour les élections législatives, 51% des sondés disent avoir voté pour l’un des principaux partis d’opposition et 34% pour un parti plus petit. Rappelons que la coalition kabiliste FCC s’est vu attribuer une écrasante majorité par la Ceni. Celle-ci n’a cependant pas produit les résultats détaillés pour pouvoir prouver ces proclamations et on sait que Joseph Kabila exerce « une influence considérable » sur elle, rappelle le rapport Berci/Gec. Cette majorité permet aux kabilistes de réclamer 80% des postes au gouvernement, contre 20% aux tshisekedistes, dans les négociations – toujours en cours – pour la formation d’un cabinet.

(1)  Berci/Gec sondage: une élection ambiguë – Les 100 premiers jours de Tshisekedi au pouvoir », rapport n°9.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos