RDCongo: appel au meurtre de Katumbi: l’ACAJ saisit le Procureur général

RDCongo: appel au meurtre de Katumbi:  l’ACAJ saisit le Procureur général

Le rapporteur de l’Assemblée provinciale du Lualaba (Kolwezi), le député provincial Donat Tshimboj, devrait être poursuivi en justice, a estimé l’Association congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ) après des propos violemment anti-Katumbi. L’ONG en a fait la demande au Procureur général près la Cour de cassation.

L’ONG estime que le député katangais devrait être poursuivi pour « incitation à la haine tribale, au meurtre et à la guerre civile entre communautés », faits visés par la loi du 7 juin 66 réprimant la provocation à la « haine raciale, ethnique, tribale ou régionale ». L’ACAJ a transmis à la justice les propos de Donat Tshimboj, tenus le 25 mai dernier à Kolwezi (voir vidéo).

« Monsieur Moïse Katumbi est déclaré persona non grata au Lualaba. S’il ne veut pas mourir, qu’il n’ose pas mettre les pieds à Kolwezi. S’il ose venir, le sang va couler à coup sûr. Moïse Katumbi ne peut pas mettre les pieds au Lualaba car il n’est pas originaire de cette province ».

Cinq jours avant ces déclarations, Moïse Katumbi était rentré au Congo après trois ans d’exil forcé mais avait été empêché de se lancer dans la tournée nationale qu’il avait annoncée. Lorsqu’il était gouverneur du Katanga – avant le démembrement de cette province en quatre entités – M. Katumbi avait autorité sur le district du Lualaba, devenu aujourd’hui une province, mais est originaire du district voisin – devenu aussi province, sous le nom de Haut-Katanga. Celle-ci,comme 23 provinces sur 26, s’est vu attribuer par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) une majorité kabiliste à l’issue des élections du 30 décembre 2018, sans que cet organe fournisse le détail des résultats électoraux pour prouver ses assertions.

Devant le tollé suscité par les propos vindicatifs de M. Tshimboj, ce dernier a tenté de relativiser ses attaques, indique l’agance de presse APA, en s’en prenant au journaliste qui avait recueilli ses propos: « C’est le journaliste qui est responsable ».

Que pensez-vous de cet article?