RDCongo: les étranges funérailles du héros national

RDCongo: les étranges funérailles du héros national

Commentaire par Marie-France Cros.

Les funérailles, le week-end dernier à Kinshasa, d’Etienne Tshisekedi, décédé il y a près de deux ans et demi à Bruxelles, ouvrent plus d’interrogations qu’elles n’en referment.

En effet, alors que ses partisans veulent voir dans le disparu « le Mandela du Congo » et que le président Félix Tshisekedi, son fils, a décidé de l’élever au rang de « héros national » (décision qui doit encore être avalisée par l’Assembléenationale) – ce qui sous-entend que le défunt a une dimension universelle – l’UDPS, son parti, a fait des cérémonies une affaire partisane.

Ainsi, l’endroit où Etienne Tshisekedi a été enterré a été qualifié de « caveau familial », malgré les frais encourus par l’Etat (de 2,5 à 6 millions de dollars) pour lui offrir un monument et des funérailles nationaux.

Surtout, l’opposition Lamuka – dont Félix Tshisekedi faisait partie avant de la trahir pour jouer cavalier seul, avec Vital Kamerhe – a été maintenue à l’écart des cérémonies. « On m’a fait comprendre que j’étais indésirable », a expliquéMartin Fayulu, tandis qu’Adolphe Muzito indiquait à RFI que la police de Kinshasa aurait indiqué explicitement que « la présence des leaders de Lamuka n’était pas souhaitable pour des raisons sécuritaires ».

La presse congolaise a aussi rapporté l’absence, non expliquée, de l’Eglise du Christ au Congo, l’église protestante officielle. Félix Tshisekedi fréquentait pourtant le Centre missionnaire Philadelphie, l’une des commaunautés de l’ECC,rapporte l’agence APA.

Ces mises à l’écart « sont contraires à la tradition », commente un confrère congolais pour La Libre Afrique.be. « Au Congo, on invite les gens à un mariage. Mais, pour un décès, il n’y a pas besoin d’invitation: tout le monde peut venir. Etienne Tshisekedi lui-même l’avait rappelé lorsqu’en 1992, en pleine Conférence nationale souveraine » – où s’affrontaient mobutistes et opposants, largement tshisekedistes à l’époque – « Mobutu avait perdu son fils Konga; tout le monde était allé au deuil, à Gbado ».

On s’étonnera moins de l’absence de Joseph Kabila, dont le défunt avait dit, après les élections frauduleuses de 2011, qui avaient permis à son rival électoral de se maintenir au pouvoir: « Je vous demande à tous de rechercher ce Monsieur et de me l’amener ici ligoté ». Etienne Tshisekedi avait consacré les derniers efforts de sa vie politique à écarter Kabila du pouvoir.

Cela fait beaucoup d’exclus et de réfractaires. Beaucoup plus qu’on l’imaginait, même. L’AFP rapporte ainsi que seuls « quelques milliers de personnes » ont accompagné la dépouille mortelle de la morgue au Stade des Martyrs, à comparer avec les centaines de milliers qui accompagnaient le « lider maximo » de son vivant. Et les images video montrent le stade (80.000 places) plus qu’à moitié vide. Est-ce ainsi qu’on honore un « héros national »?

Les ukases et exclusions ont plus d’une fois porté tort à l’UDPS. Celle-ci devenue parti de gouvernement, ce défaut pourrait lui coûter plus cher encore.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos