RDCongo: la psychose du « vol » de sexe refait surface au Kasaï

RDCongo: la psychose du « vol » de sexe refait surface au Kasaï

 
Par Marie-France Cros.
 
C’est l’agence de presse congolaise indépendante APA qui le signale: dans le territoire de Tshikapa (Kasaï) des personnes ont été lynchées dimanche dernier à la suite d’accusations de trois jeunes gens « se disant victimes de rétrécissement de leur sexe ». La rumeur – sans fondement – fait des apparitions régulières en Afrique, depuis les années 1930, généralement à un moment de crise. Elle a déjà causé de nombreuses victimes innocentes, tuées par des foules paniquées.

 
Selon APA, les faits se sont produits à Kalala Nganga Buka, localité située à 30 km de Tshikapa. Selon le chef du village, Ntambwe Kapuku, les corps des victimes (APA ne précise pas combien) étaient toujours visibles sur le sol, au lendemain du lynchage, la population villageoise ayant fui après son forfait de peur de représailles de la police. APA ajoute que deux personnes, « accusées des mêmes faits, ont été fortement tabassées dimanche soir » et lundi matin dans la ville de Tshikapa, avant d’être sauvées par la police de l’hystérie populaire.
 
En Asie et en Afrique
 
Cette rumeur ancienne reapparaît cycliquement en Afrique, où elle a été rapportée pour la première fois au Nigeria, dans les années 30 du siècle dernier. En Asie – où elle est appelée « syndrome koro » – elle est répertoriée depuis 1895 par des ethno-psychiatres anglo-saxons, soulignait l’anthropologue Jean-Jacques Mandel dans un article publié en 2008 dans les Cahiers d’études africaines (« Les rétrécisseurs de sexe – Chronique d’une rumeur sorcière »).
 
La rumeur prétend que par simple contact physique anodin, des « sorciers » font disparaître ou rétrécir le sexe des hommes. Car ces derniers sont le plus souvent la cible de la rumeur; mais on a vu des cas de panique similaire affirmant que les seins de femmes avaient disparu après un simple contact, notamment en Côte-d’Ivoire, dans les années 90.
 
Des escrocs et des voleurs à la manœuvre
 
Cela commence par des récits, qui sèment la panique. Dans plusieurs cas étudiés, la rumeur est répandue par des escrocs prétendant avoir « volé » le sexe d’un quidam crédule et n’acceptant de le lui « rendre » qu’en échange d’argent. A plusieurs reprises, aussi, la rumeur a été répandue par de petits voleurs qui sèment la panique exprès dans un lieu commercial pour voler plus à l’aise.
 
La psychose provoque alors la conviction, chez une personne dans la foule, que son sexe a « disparu » ou « rétréci ». Cette personne accuse quelqu’un qui l’a frôlé ou touché et la population, hystérique, se livre souvent à des voies de fait sur des innocents – généralement étrangers à l’endroit où se répand la rumeur. En 1996-97, des Nigérians ont ainsi été lynchés au Cameroun et des Ghanéens au Togo; des Ivoiriens ont été pourchassés au Sénégal.
 
Vérification faite, le sexe n’a pas changé
 
En décembre 2013, la fausse rumeur avait ressurgi à Nkongsamba, au Cameroun, avant d’apparaître au Burkina Faso, à Koudougou, en mai 2014. Le journaliste local Cyrille Zoma avait alors « recensé une douzaine de cas » en deux semaines à Koudougou. « Quand les services médicaux ont ausculté les présumées victimes, ils n’ont constaté aucun problème particulier au niveau des parties génitales », rapportait notre confrère.
 
Malheureusement, beaucoup de journalistes africains ne suivent pas l’exemple de ce professionnel burkinabè et ne tentent pas de vérifier les faits, ce qui contribue à répandre la panique et la violence qu’elle suscite.
 
Dans les périodes de crise
 
Dans les années 90, le psychologue sénégalais Serigne Mor Mbaye, qui avait étudié le phénomène, expliquait cette psychose par une « angoisse de castration inhérente à chaque individu et par la perte du pouvoir économique en Afrique », liée à la mondialisation. L’anthropologue Jean-Jacques Mandel soulignait en 2008 que ces rumeurs « éclosent toujours au moment de crises coloniales, ethniques ou politiques, à la mort de chefs coutumiers ou de héros charismatiques ».
 
Comment ne pas voir que la RDCongo subit plusieurs de ces crises en même temps?

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos