Move with Africa: l’école Mutunda nous ouvre ses portes.

Move with Africa: l’école Mutunda nous ouvre ses portes.

Dans le cadre de leur périple citoyen au Rwanda, les élèves du Collège Notre-Dame de Tournai ont rencontré des adolescents de l’école secondaire Mutunda de Huye. Deux jours de rencontre qui marquèrent les esprits.

À leur arrivée, les collégiens sont accueillis par le directeur et un représentant des étudiants qui les guident à travers les bâtiments. Première surprise pour nos jeunes Belges : à l’école, on élève des vaches, des cochons et des poules ; des carrés de terre sont consacrés à diverses cultures (manioc, haricot…). De plus tous les élèves ou presque sont internes et portent un uniforme bleu turquoise (avec un pantalon ou une jupe gris noir). Les Belges sourient d’ailleurs en voyant les dortoirs, assez rudimentaires, mais qui portent les noms de grandes villes américaines : bienvenue à Boston, New York, Seattle…

Le premier étonnement passé des deux côtés (les internes ont été surpris en train de faire leur lessive, à la main évidemment), le contact passe immédiatement. Afin d’apprendre à faire connaissance, les étudiants tournaisiens ont d’ailleurs prévu un jeu des prénoms qui permet de sympathiser directement malgré la barrière de la langue. Les Rwandais parlent en effet kinyarwanda, tandis que les Belges sont de langue maternelle française. L’anglais sert de langue commune, mais il n’est malheureusement pas parlé par tous. Cela n’empêche pas les belles rencontres, ainsi que l’explique Charlotte : « J’ai tout de suite bien aimé le contact avec les étudiants parce qu’ils étaient très avenants et n’avaient pas peur de venir nous parler pour pouvoir échanger. »

Par la suite, c’est donc dans la langue de Shakespeare que les élèves démarrent leur présentation de la Belgique : paysage, géographie, culture et surtout… gastronomie ! Venus équipés, les collégiens ont passé la soirée précédente à préparer des crêpes au sucre qu’ils font déguster aux élèves de Mutunda ainsi que diverses spécialités : spéculoos, chocolat, sirop de Liège et cuberdon. Les réactions ne se font pas attendre et sont pour le moins variées : certains adorent, d’autres détestent, mais pour tous les Rwandais c’est une première exotique.
« À chaud je dirais que cet échange était fort bénéfique et dans les deux sens car j’ai ressenti clairement que les élèves étaient presque plus avenants que nous pour échanger et comparer nos cultures. Ensuite il a permis de présenter notre pays en faisant de l’animation et ça a créé un climat plus tranquille. J’ai vu ça comme une façon de « briser la glace » pour pouvoir discuter plus facilement après. Grâce à ces discussions, j’ai aussi pu en apprendre plus sur le point de vue des jeunes et j’ai constaté que, comme les bénéficiaires des chantiers où nous travaillions, ils avaient la même vivacité et la même joie de vivre. » (Gaspard)

Après cette dégustation, ils n’ont pourtant pas fini de manger : voilà que midi sonne et tout le monde se rassemble dans l’immense réfectoire de l’école. Encore une surprise pour nos élèves : ici les repas se prennent en musique et il faut élever la voix pour se faire entendre. Au menu, dans des bassines de couleur posées au milieu de la table : riz, fèves et viande. Un repas de fête pour les Rwandais. Les collégiens sont quant à eux surpris par la simplicité de ce dîner, mais mangent rapidement de bon coeur.

À peine le temps de digérer et les voilà embarqués dans une rencontre amicale de football qui restera dans les annales ! Alors que les Belges rassemblent tant bien que mal onze joueurs, ils se retrouvent à affronter l’équipe officielle de l’école. La chaleur est accablante. Le public se masse sur les gradins : étudiants, mais aussi passants curieux. L’ambiance est bon enfant. Le suspense est certain. Les Belges entament le score, 1-0, mais les Rwandais égalisent rapidement, et à la dernière minute prennent le point de la victoire. Heureusement aucune frustration, et le match se finit par de grandes accolades.

Juliette nous raconte, ravie : « Un des moments phares de ce week-end d’échange avec l’école Mutunda est le match de foot. Des joueurs qui représentaient le collège ont affronté des jeunes rwandais de cette école. Et un des nos chauffeurs est même monté sur le terrain et a fait équipe avec les garçons. Le match n’a pas été victorieux pour notre équipe puisque le score s’est arrêté à 2-1, mais nous avons tout de même passé une belle après-midi. C’était un pur moment de plaisir, surtout pour nous qui étions supportrices ! Et c’était drôle parce qu’autour de nous, il y avait plein d’enfants du village qui regardaient le match aussi. Et quand il y a eu un goal, nous étions super contentes et les enfants qui étaient à côté de nous l’étaient aussi ! »

Voilà déjà la fin de la journée qui se clôture par une soirée culturelle. Rwandais et Belges échangent les danses traditionnelles avec bonne humeur : « Nous avons la chance de découvrir leurs danses traditionnelles. Et nous avons aussi eu notre tour, mais nous ne sommes pas aussi doués qu’eux, ça c’est sûr! C’était une soirée dont on garde un superbe souvenir même s’il faisait extrêmement chaud, surtout en dansant. » (Juliette)

Le lendemain, l’échange se poursuit de manière plus calme. Les deux groupes d’élèves visitent ensemble le King’s palace museum de Nyanza. C’est une première pour les Belges, mais aussi pour beaucoup d’élèves rwandais qui n’ont que rarement l’opportunité de partir en excursion.

Pourtant, ce qui marquera le plus les esprits, c’est l’après-midi de détente à profiter tous ensemble de la piscine dans un hôtel de la région.

À la fin de la journée, et malgré que ces échanges n’aient duré que deux jours, les adieux se déroulent l’émotion. On échange des adresses mail, on promet de s’envoyer les photos et de s’écrire.

Deux mois plus tard, revenus en Belgique, ce n’était pas des paroles en l’air et beaucoup des jeunes collégiens sont encore en contact avec leur alter ego rwandais.

Mission accomplie pour Move With Africa : des liens sont tissés, des amitiés naissent et la coopération entre les peuples a de beaux jours devant elle.

Que pensez-vous de cet article?