Record de plus de 41 millions de déplacés internes dans le monde

Record de plus de 41 millions de déplacés internes dans le monde

Jamais autant de personnes n’ont été déplacées dans leur pays en raison de conflits et de désastres. Leur nombre atteignait 41,3 millions fin 2018 dans le monde, indique un rapport du Centre de surveillance du déplacement interne (IDMC) publié vendredi à Genève. Il a augmenté de plus d’un million en un an malgré de nombreux retours et il dépasse largement celui des réfugiés. En 2018, 28 millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs habitations.

Au total, 10,8 millions de ces nouveaux déplacés sont partis en raison de conflits et de violences. Parmi eux, 2,9 millions étaient en Ethiopie, 1,8 million en République démocratique du Congo (RDC) et 1,6 million en Syrie dont des proches des djihadistes de l’Etat islamique (EI). Ceux qui ont tenté de rentrer dans leurs maisons dans plusieurs pays les ont retrouvées détruites ou ont fait face à des infrastructures endommagées.

La directrice de l’IDMC, Alexandra Bilak, a appelé devant la presse à des solutions politiques qui « manquent clairement dans de nombreux pays » qui font face à ces violences. Le rapport rappelle « la récurrence du déplacement » et l’importance des besoins des déplacés, selon elle. Ceux-ci restent confrontés à de nombreux problèmes.

Les désastres naturels constituent eux la raison de la majorité des déplacements et « on ne peut que s’attendre » à ce que cette augmentation s’étende avec les effets des changements climatiques, a insisté Mme Bilak.

Parmi eux, les situations météorologiques extrêmes sont les plus importantes. Des Philippines à la Chine, de nombreuses personnes ont été évacuées.

Autre composante, le déplacement interne a lieu de plus en plus en zone urbaine. Une situation qui provoque des défis pour les villes et peut étendre des facteurs de menaces déjà observés. Notamment la pauvreté, l’insécurité et un déplacement supplémentaire.

Plus de 90% de la population exposée à la menace d’inondations habite dans des zones urbaines, a aussi ajouté Mme Bilak.

Plusieurs villes ont lancé des efforts pour faire face à ce scénario et améliorer les conditions dans lesquelles les déplacés se trouvent. Leur contribution sera cruciale, a-t-elle poursuivi.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos